Les photos d’éclipse sont désormais monnaie courante. Plus rares en revanche sont les clichés montrant, depuis l’espace, les effets de ce phénomène, avec l’ombre de la Lune sur la Terre. C’est un Français, Jean-Pierre Haigneré, qui est crédité comme le premier à avoir capturé en photo cet évènement. C’était en 1999.

8 avril 2024. Une éclipse solaire totale est observée en Amérique du Nord. De nombreuses photos sont alors prises, depuis la Terre bien sûr, mais aussi depuis l’espace. L’agence spatiale américaine a partagé plusieurs photos sur ses réseaux sociaux, prises par l’équipage se trouvant à bord de la Station spatiale internationale.

Grâce à l’ISS, qui orbite autour de la Terre à près de 400 kilomètres d’altitude, ces photographies offrent une vue exceptionnelle de l’effet de l’éclipse à la surface de la planète bleue. On peut, en effet, observer l’ombre projetée de la Lune sur la Terre et la pénombre autour. Le tout forme une tache immense, qui s’étale des milliers de kilomètres.

nasa éclipse
L’ombre de la Lune sur la Terre, le 8 avril 2024. // Source : NASA Johnson

La toute première photo de l’ombre d’une éclipse sur la Terre depuis l’espace

Ces clichés remarquables ne sont toutefois pas les premiers du genre. Il faut en fait remonter vingt-cinq ans en arrière pour retrouver la toute première photo montrant l’ombre d’une éclipse solaire totale sur la Terre. Précisément, il faut revenir au 11 août 1999, à l’époque où ce phénomène était visible depuis la France métropolitaine.

À l’époque, il n’y avait pas encore d’ISS dans l’espace. Le projet était en effet à peine embryonnaire à cette date : seuls deux modèles étaient déjà positionnés. En revanche, il y avait une autre station spatiale encore opérationnelle : Mir. Et à ce moment-là, c’était la mission Soyouz TM-29 (ou Perseus) qui était en cours.

Au moment de l’éclipse, la station Mir est occupée par les cosmonautes russes Viktor Afanasyev et Sergueï Avdeïev. On compte également un Français, le spationaute Jean-Pierre Haigneré — époux de Claudie Haigneré, également spationaute. Après six mois dans l’espace, leur retour sur Terre est alors prévu le 28 août 1999.

cnes jean-pierre haigneré éclipse
Une sacrée grosse tache qui a parcouru la surface de la Terre, en 1999. // Source : Jean-Pierre Haigneré/Cnes

Une chance : les trois hommes pourront assister à l’éclipse solaire totale depuis l’espace avant de rentrer. Et, bien entendu, c’est une occasion inédite de prendre en photo la « conséquence » de l’éclipse sur la Terre. C’est ce que fera justement Jean-Pierre Haigneré, rappelle l’Agence spatiale européenne, dans un message publié le 10 avril 2024.

« L’astronaute français Jean-Pierre Haigneré a capturé la première image de ce phénomène [l’ombre de la Luen sur la Terre, NDLR] depuis l’espace, la dernière éclipse solaire totale du 20e siècle, alors que l’ombre se déplaçait au-dessus du Royaume-Uni et de la France en 1999 », indique l’ESA dans son tweet.

Depuis, Jean-Pierre Haigneré est considéré comme la première personne à avoir une photo de l’ombre de la Lune sur la Terre durant une éclipse. Lors de cet évènement, la partie la plus sombre de la pénombre a été estimée à 7 000 km de large. Une « vision désagréable », selon Jean-Pierre Haigneré, cité par une revue de l’université de Nice.

La toute première photo dans l’espace d’une éclipse

En revanche, il n’est pas le premier individu à prendre une photo, et donc à assister à une éclipse dans l’espace. Cet honneur revient à l’équipage de Gemini 12, en novembre 1966. À l’époque, l’agence spatiale américaine avait envoyé James Lovell et Buzz Aldrin pour un séjour de quatre jours dans l’espace.

C’est lors de cette mission que Buzz Aldrin parvient à prendre une photo d’une éclipse partielle de Soleil pour la première fois depuis l’espace. C’était le 12 novembre 1966, quasiment 33 ans avant le cliché de Jean-Pierre Haigneré. Et, aujourd’hui, près d’une d’un quart de siècle plus tard, la multiplicité des photos rendrait presque l’évènement banal.

Gemini_XII_Mission_Image_-_Solar_Eclipse
La photo prise par Buzz Aldrin, en novembre 1966. // Source : Nasa

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !