SpaceX innove pour ce troisième vol : outre de nouvelles manœuvres à exécuter en plein vol, l’entreprise américaine prévoit de faire s’écraser le Starship dans l’océan Indien, et non plus dans le Pacifique. Si la fusée n’explose pas avant.

C’est le 14 mars 2024 que doit avoir lieu le troisième essai en vol du Starship. C’est en tout cas le planning provisoire partagé par SpaceX le 5 mars. Comme tout essai, celui-ci est susceptible d’être reprogrammé sans préavis à une autre date : en particulier si l’administration de l’aviation civile aux États-Unis (FAA) n’autorise pas le décollage.

En attendant, SpaceX a partagé sur son site web le déroulement théorique de la mission. Premier élément notable à considérer : il n’est plus question de finir le vol dans l’océan Pacifique, au large d’Hawaï, mais dans l’océan Indien. Un changement justifié à la fois pour des raisons de sécurité et pour des besoins opérationnels.

« Cette nouvelle trajectoire de vol nous permet d’essayer de nouvelles techniques, comme la combustion de moteurs dans l’espace, tout en maximisant la sécurité du public », justifie la société américaine. Par rapport au 2e vol, organisé en novembre 2023, quelques manœuvres de plus sont prévues.

Parmi les principaux évènements attendus durant cette tentative, il y a :

  • l’ascension réussie des deux étages (Super Heavy et Starship) de la fusée,
  • l’ouverture et la fermeture de la porte pour la charge utile,
  • la démonstration de transfert de propergol dans l’étage supérieur,
  • le premier rallumage d’un moteur Raptor dans l’espace et une rentrée contrôlée de Starship.
Source : SpaceX
Les grandes étapes du vol. // Source : SpaceX

L’ensemble de la séquence doit durer environ 90 minutes. Il y a toutefois une possibilité que le vol tourne « mal », avec une perte prématurée d’un des deux étages, conduisant à l’arrêt de l’opération. C’était ce qui s’était passé durant les deux premières tentatives, avec des échecs respectivement après quatre et huit minutes de vol.

Ces échecs entrent cependant dans la manière qu’a SpaceX de fabriquer, de tester et de fiabiliser ses lanceurs. L’entreprise américaine procède à de vrais essais, quitte à sacrifier des prototypes, pour amasser des données et procéder à diverses corrections d’une tentative à l’autre. C’est une approche coûteuse, mais qui lui a réussi jusqu’à présent.

Toutes les grandes étapes du 3e vol du Starship

00:00:02décollage ;
00:00:52moment de la contrainte mécanique maximale sur la fusée (Max Q) ;
00:02:42coupure de la plupart des moteurs (« Booster MECO ») ;
00:02:44séparation des deux étages et allumage de la propulsion du Starship (« Hot-staging ») ;
00:02:55allumage des moteurs du Super Heavy pour se préparer au retour sur Terre ;
00:03:50extinction des moteurs du Super Heavy ;
00:06:36le booster est transsonique ;
00:06:46démarrage des moteurs pour faire atterrir le Super Heavy ;
00:07:04arrêt de la séquence ;
00:08:35extinction de la propulsion du Starship ;
00:11:56ouverture de la porte ;
00:24:31démonstration de transfert de propergol ;
00:28:21fermeture de la porte ;
00:40:46démonstration du rallumage du Raptor dans l’espace ;
00:49:05rentrée du Starship vers la Terre ;
01:02:16le Starship est transsonique ;
01:03:04le Starship est subsonique ;
01:04:39amerrissage du Starship.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !