Une étonnante lueur verte a été détectée dans l’atmosphère martienne. Pour les futurs astronautes explorant les pôles de Mars, le ciel devrait prendre une teinte verte.

Mars est surnommée la planète rouge. Toutefois, pour un astronaute explorant les pôles de l’astre, le ciel ne serait pas rouge, mais plutôt vert. C’est ce que montre très bien une nouvelle image partagée par l’Agence spatiale européenne (ESA) le 10 novembre 2023.

« Pour la première fois, une lueur nocturne visible a été détectée dans l’atmosphère martienne par la mission TGO », indique le compte X de l’ESA consacré aux missions humaines dans l’espace. C’est la mission ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO), en orbite autour de Mars pour étudier son atmosphère, qui révèle cette étonnante lueur verte dans le ciel nocturne de la planète. Avec un ciel suffisamment dégagé, la lueur pourrait suffisamment briller pour être perçue par les humains et être utilisée par les rovers pour s’orienter dans la nuit.

De telles lueurs vertes existent aussi sur la Terre. Les astronautes présents à bord de la Station spatiale internationale (ISS) peuvent souvent voir une bande verte suivant la courbure de la Terre. « Sur Mars, on s’y attendait, mais cela n’avait jamais été observé en lumière visible jusqu’à présent », résume l’ESA.

La lueur sur Terre, vue de l'espace. // Source : Flickr/CC/Nasa Johnson (photo recadrée)
Lueur verte sur Terre, vue de l’espace. // Source : Flickr/CC/Nasa Johnson (photo recadrée)

Cette lueur verte sur Mars est-elle une aurore boréale ?

Cette lueur ne doit pas être confondue avec le phénomène de l’aurore boréale. Les deux sont bien des phénomènes lumineux survenant dans l’atmosphère. Néanmoins, « alors que les aurores varient dans l’espace et le temps, la lueur nocturne est plus homogène », souligne l’ESA. On discerne d’ailleurs bien la différence entre les deux phénomènes dans une courte vidéo publiée par l’agence spatiale (cliquez ici pour la voir).

Mais alors, d’où vient cette lueur verdâtre détectée par TGO ? « La lueur verte se produit lorsque des atomes d’oxygène situés en altitude se combinent pour former une molécule d’oxygène », explique l’ESA. La combinaison des atomes survient à une altitude d’environ 50 km au-dessus de la surface. Les atomes se forment du côté jour de la planète, puis migrent du côté nuit, où la lumière du Soleil ne les excite plus. Ils se regroupent alors et émettent cette curieuse lumière.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !