Après 2 tentatives qui n’ont pas eu les résultats escomptés, la société américaine Rocket Lab arrête de tenter d’attraper des fusées avec un hélicoptère. À l’avenir, les lanceurs seront simplement repêchés en mer.

Deux semi-échecs et un renoncement. Voilà, en somme, le bilan de la société aérospatiale américaine Rocket Lab pour son projet, un peu extraordinaire, d’attraper des fusées au vol avec un hélicoptère. Après une première tentative en mai 2022, et une autre en novembre de la même année, le groupe a cessé ses essais. Et acté l’insuccès de son plan.

Repêcher les fusées plutôt que de les attraper au vol

C’est un communiqué publié le 17 juillet qui a officialisé la décision de Rocket Lab de basculer sur une solution plus classique : la récupération de son premier étage de fusée Electron dans la mer, en la repêchant grâce à un navire adapté. Ce revirement est dicté par ses progrès en matière d’ingénierie pour rendre le lanceur beaucoup plus résilient dans le milieu océanique.

« La transition de Rocket Lab vers la récupération marine plutôt que la capture en vol a été guidée par les missions de récupération précédentes qui ont montré que les composants et les moteurs de la fusée Electron ont passé avec succès les tests de requalification après des éclaboussures dans l’océan », souligne la société basée en Californie.

La volte-face de Rocket Lab met fin à une logique qui se défendait : en capturant, avec une perche tendue au bout d’un hélicoptère, le premier étage de la fusée Electron, l’entreprise lui épargnait le contact avec l’eau et le sel marin. Pour que la capture soit facilitée, un parachute était déployé dans les dernières phases de retour afin de ralentir la chute du véhicule.

hélicoptère Rocket Lab
L’hélicoptère avec sa perche. // Source : Rocket Lab

Cependant, c’était sans compter la dangerosité de la manœuvre : dans le premier cas, la capture a été réussie, mais la charge a constitué un risque pour l’équipage et l’hélicoptère. L’étage a alors été largué par sécurité, puis récupéré en mer. Lors du second essai, la tentative a été avortée après une perte de télémétrie, ce qui faisait aussi courir un risque pour le personnel.

Depuis la toute première tentative en mai 2022, Rocket Lab a procédé à douze autres missions, dont neuf se sont conclues sans aucune tentative de récupération du premier étage, que ce soit en mer ou dans les airs. Les trois restantes sont partagées entre deux repêchages dans l’océan et la seconde tentative. Le dernier repêchage a eu lieu le 17 juillet.

La communication de Rocket Lab et de son patron, Peter Beck, reflète aujourd’hui ce changement de cap : il n’est plus question de parler de l’ancien plan de capture dans les airs. On met plutôt l’accent sur la réussite du vol et, par ailleurs, sur la bonne procédure de récupération du premier étage dans l’eau, et sur sa prochaine remise en condition pour le vol d’après.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.