C’est une première tentative réussie, mais brève : un hélicoptère a réussi à attraper une fusée en plein vol, alors qu’elle rentrait sur terre. L’essai a toutefois été écourté en raison d’un comportement imprévu après la capture.

« Un grand pas en avant pour notre programme de récupération ! ». C’est de cette façon que Rocket Lab a commenté, le 3 mai 2022, sa toute première tentative de capture d’un étage de fusée avec un hélicoptère. Cet essai, prévu depuis quelques semaines, vise à démontrer la faisabilité d’un rattrapage en plein vol, avant que la cible ne finisse sa course dans l’océan.

Sikorsky S-92
Le type d’hélicoptère qui a été utilisé pour la capture de la fusée. // Source : James

Un essai concluant, mais imparfait

Un essai concluant aux yeux de Rocket Lab, donc, mais qui s’est avéré imparfait. Alors que l’hélicoptère avait bien attrapé le premier étage de la fusée Electron avec une perche et un crochet, il a fallu stopper l’expérience en cours de route. La fusée a été relâchée en plein vol et a chuté dans la mer — avant d’être ensuite récupérée par un navire présent dans la zone.

Selon les éléments qui ont été communiqués durant la retransmission en direct, il s’avère que le pilote de l’hélicoptère a constaté un problème de charge et maintien de la structure. Sans doute pour ne pas risquer un incident avec l’hélicoptère, qui aurait peut-être pu mettre en péril l’équipage, il a été décidé de larguer l’engin. Mais pour Rocket Lab, ce premier essai est très prometteur.

« Ils ont relâché l’étage après la capture car ils n’étaient pas satisfaits de la façon dont il volait »

Peter Beck

Les raisons pour lesquelles l’hélicoptère a dû abréger l’expérimentation ne sont pas encore claires. Il est possible que la masse de la fusée ait pu surprendre le pilote — si les réservoirs n’étaient pas complètement vides — ou que l’étage de balançait un peu trop. C’est ce qu suggère indirectement Peter Beck, le patron de Rocket Lab, dans un tweet.

« Une récupération incroyable par l’équipe, je ne peux vous dire à quel point cette prise était difficile et que les pilotes ont quand même réussi. Ils ont relâché l’étage après la capture car ils n’étaient pas satisfaits de la façon dont il volait, mais ce n’est pas grave, la fusée a amerri en toute sécurité et le navire est en train de l’embarquer », a-t-il écrit.

« Nous passerons les prochaines semaines à étudier toutes les données de ce lancement afin d’affiner les futures missions de récupération en vol », a indiqué Rocket Lab. À moyen et long terme, l’entreprise entend systématiser ce processus. Le but, en attrapant la fusée en pleine redescente, est de lui éviter un contact avec l’eau et le sel de la mer.

Peter Beck, le fondateur de Rocket Lab, a partagé sur Twitter une vidéo dans laquelle on le voit à bord de l’hélicoptère, alors en route vers le premier étage de la fusée. Pour faciliter la capture, celui-ci était ralenti par un parachute. C’est par dessus que l’hélicoptère a manœuvré, pour éviter que ses pales n’accrochent ni la toile ni les suspentes.

L’approche de Rocket Lab est plus artisanale que celle, très high tech, de SpaceX, puisque l’entreprise fondée par Elon Musk a réussi à développer des étages qui sont capables de manœuvrer seuls pour atterrir automatiquement sur terre ou sur mer. Mais l’objectif final reste le même : abaisser les coûts en ré-exploitant plusieurs fois des fusées, au lieu d’en construire des nouvelles.

La bonne nouvelle est que l’étage qui a été au cœur de cet essai grandeur nature, est en excellent état, d’après Rocket Lab. Il fera bien sûr l’objet d’un examen, mais on devrait le revoir voler bientôt. Quant au reste de la mission, qui consistait à déployer une série de petits satellites dans l’espace, elle s’est bien passée. Mais elle a été complètement éclipsée.