Certains médicaments sont incompatibles avec le pamplemousse. Il est recommandé de ne pas manger ce fruit ou boire du jus de pamplemousse si vous prenez ces médicaments. Voilà d’où vient le danger.

Manger du pamplemousse alors que l’on prend certains médicaments n’est pas une bonne idée. Un oncologue français, Jérôme Barrière, l’a rappelé le 24 juin 2023 sur son compte Twitter, en diffusant une photo de pamplemousses servis au déjeuner dans un hôpital. Or, consommer ces agrumes représente un danger, car cela ne fait pas bon ménage avec la prise de certains médicaments (que l’on s’attend donc à retrouver en milieu hospitalier).

Il arrive même que la notice des médicaments mentionne cette incompatibilité avec le pamplemousse, en fruit ou en jus. Ainsi, la notice du Zocor, un médicament servant à abaisser le taux de cholestérol, mentionne : « Le jus de pamplemousse contient une ou plusieurs substances qui peuvent modifier la façon dont votre corps utilise certains médicaments, dont Zocor. La consommation de jus de pamplemousse doit être évitée. » Mais, pourquoi cet agrume est-il à éviter en prenant des médicaments ? Faut-il bannir d’autres agrumes ?

Le pamplemousse est-il compatible avec les médicaments ?

La consommation de pamplemousse est à éviter quand on prend certains types de médicaments. Pourquoi ? « Les interactions toxiques entre le pamplemousse et certains médicaments sont dues à des substances, appelées ‘furanocoumarines’, qui se trouvent surtout dans la partie blanche située sous l’écorce », résume le ministère de la Santé. D’autres agrumes que le pamplemousse contiennent des furanocoumarines sous leur écorce : les oranges amères, les bergamotes, les citrons verts et les tangelos (hybride entre le mandarinier et le pamplemousse).

Encore plus que le fruit, le jus de pamplemousse industriel représente un danger, consommé avec certains médicaments. Comme ces jus de pamplemousse vendus en grandes surfaces sont obtenus en pressant totalement le pamplemousse (donc aussi son écorce et la partie blanche), ils contiennent beaucoup de furanocoumarines — davantage qu’un jus de pamplemousse pressé à la main chez soi.

Attention aux jus industriels. // Source : Canva
Attention aux jus industriels. // Source : Canva

Les jus et fruits frais ne sont pas les seuls formats dont il faut se méfier : toute préparation contenant du pamplemousse, comme les confitures ou les écorces confites, peuvent favoriser des interactions dangereuses entre pamplemousse et médicaments. C’est parce que « les furanocoumarines résistent à la cuisson et les marmelades contenant les agrumes cités précédemment en contiennent des quantités importantes », d’après le ministère de la Santé.

Les oranges de tables ou les jus d’orange ne sont toutefois pas concernés par cet effet.

Avec quels médicaments éviter le jus de pamplemousse ?

Si vous prenez ces médicaments, évitez la consommation de pamplemousse :

  • Médicaments contre le cholestérol : simvastatine (Zocor, Lodales), atorvastatine (Tahor).
  • Médicaments immunosuppresseurs : ciclosporine (Neoral), tacrolimus (Prograf).
  • Médicaments antiarythmiques (Multaq, Procoralan).
  • Antidépresseur sertraline (Zoloft).
  • En cas de chimiothérapie avec le docétaxel (Taxotère).

« En revanche, aucune relation entre la consommation de jus de pamplemousse et une baisse d’efficacité d’un traitement antibiotique, anticancéreux ou contraceptif n’a été établie », indique Vidal, site d’information sur les médicaments, citant une documentation de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament). Il n’y a pas non plus d’interaction néfaste avec le paracétamol (Doliprane).

Quels sont les effets indésirables du pamplemousse ?

Lors des interactions entre médicaments et pamplemousse, le risque est de voir augmenter les effets indésirables à cause d’un surdosage. Plusieurs effets toxiques peuvent être observés, parfois graves, comme : des troubles du rythme cardiaque, des troubles musculaires, la toxicité pour les reins, pour la moelle osseuse, des caillots sanguins.

« Attention, les effets du pamplemousse se ressentent même s’il est consommé à distance de la prise du médicament : par exemple, un verre de jus bu le matin peut exercer son effet négatif sur un médicament pris le soir », souligne le ministère de la Santé.

Comment vérifier si le pamplemousse est proscrit avec mon médicament ?

Le premier réflexe est de consulter la notice de votre médicament, fournie dans la boite. Les risques d’interactions avec le pamplemousse seront précisés s’ils existent. Si vous avez égaré la notice, vous pouvez la consulter sur le site de l’AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé).

Toutefois, « pour de rares médicaments, si ce risque existe mais qu’il est faible, il se peut que cela ne soit pas indiqué sur la notice », relève le ministère de la Santé. Dans ce cas, il est possible de vérifier en ligne le dossier complet du médicament sur la Base de données publiques des médicaments — consultez la rubrique « Interactions médicamenteuses ».


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.