La Nasa a annoncé avoir repéré un trou noir « supermassif » ayant la particularité de laisser derrière lui des étoiles.

« Un monstre invisible en fuite » : voilà comment est décrite la nouvelle découverte de la Nasa, partagée dans un communiqué publié le 6 avril. Où l’on peut lire que le télescope spatial Hubble a capté par hasard un trou noir tout à la fois « supermassif » et « supersonique ». Malgré sa taille équivalent à vingt fois celle du Soleil, il ne semble pas affamé. « Ce trou noir est trop rapide pour prendre le temps de manger », note la Nasa.

À défaut d’être gourmand, ce trou noir a la particularité de laisser derrière lui des formations d’étoiles — un phénomène encore jamais vu, précise l’agence spatiale. Selon les premières conclusions, il serait le fruit d’un jeu de billard galactique entre trois trous noirs massifs.

Deux trous noirs en collision  // Source : Capture YouTube/NASA
Deux trous noirs en collision // Source : Capture YouTube/NASA

Un trou noir capable de rallier la Terre et la Lune en 14 minutes

« Nous pensons observer un sillage derrière le trou noir, où le gaz se refroidit et peut créer des étoiles. Donc, on observe la formation d’étoiles derrière le trou noir », souligne Pieter van Dokkum, officiant à la Yale University de New Haven. Il indique que cette découverte a été faite totalement au hasard, alors qu’il était en quête d’amas d’étoiles dans une galaxie naine voisine. Il a d’abord pensé à un « rayon cosmique frappant le détecteur de la caméra » avant d’opter pour la présence d’un trou noir aux caractéristiques inédites. 

Ce trou noir est tellement rapide qu’il pourrait rallier la Terre et la Lune en moins de 14 minutes. Néanmoins, il n’y a aucune raison d’être inquiet : ce « monstre » est très, très loin. La Nasa utilise une expression pour expliquer sa naissance — « two’s company, three’s a crowd » (soit « À deux, on se distrait, à trois, on s’ennuie »). Elle estime que deux premiers trous noirs, liés à deux galaxies datant de 50 millions d’années, sont d’abord entrés en collision avant qu’une troisième ne s’invite à la fête pour semer la zizanie au sein du couple.

Cet objet céleste va bien évidemment être étudié dans les jours qui viennent pour percer les mystères qui l’entourent. La formation des étoiles dans son sillage reste par exemple un phénomène qui n’est pas connu selon Pieter van Dokkum. « Les chercheurs pensent que le gaz est chauffé par le mouvement du trou noir frappant le gaz, ou il pourrait s’agir de radiations provenant d’un disque d’accrétion autour du trou noir », explique la Nasa.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !