[Reportage Numerama] Les astronautes européens, comme Thomas Pesquet et Sophie Adenot, se préparent aux sorties spatiales dans un immense bassin. Nous nous sommes rendues à Cologne, au Centre européen des astronautes, pour découvrir cette piscine géante de plus près.

Partir dans l’espace ne s’improvise pas. Les astronautes comme Thomas Pesquet suivent un long entrainement de plusieurs années. Ce sera aussi le cas de la Française Sophie Adenot, qui a été recrutée comme astronaute de carrière par l’Agence spatiale européenne (ESA). Le chemin est encore long avant que Sophie Adenot parte dans l’espace : la prochaine étape, pour la pilote, est d’entamer une formation de 12 mois au Centre européen des astronautes (EAC), à Cologne en Allemagne.

C’est là que les astronautes découvrent les bases du voyage spatial et s’exercent notamment aux sorties en dehors de la Station spatiale internationale. Mais, comment faire pour simuler l’impesanteur sur Terre et s’entrainer dans les meilleures conditions ? Le meilleur allié de l’ESA, c’est l’eau. Les astronautes s’entrainent dans une immense piscine, dont Numerama a pu s’approcher. Découvrez notre reportage dans cette vidéo, sur notre chaîne YouTube.

Une piscine qui a tout changé pour les astronautes de l’ESA

Cet imposant bassin de 10 mètres de profondeur est l’Installation de flottabilité neutre de l’ESA. La piscine a été construite en 1990, afin de permettre aux astronautes européens de préparer des sorties extravéhiculaires. Comme l’a expliqué à Numerama Hervé Stevenin, ingénieur aérospatial et instructeur d’astronautes, lors de cette visite du lieu, cette piscine est un énorme atout.

« Ce programme, mis en place à partir de 2010, a complètement changé la donne pour nos astronautes. Avant, les astronautes de l’ESA basés à l’EAC n’avaient jamais de sorties extravéhiculaires. Par rapport aux Américains, ils ne s’étaient pas entrainés régulièrement, ils perdaient les compétences. Ils faisaient quelques entrainements à Houston. Quelques années après, ils revenaient, reprenaient leurs marques. Pendant ce temps-là, les Américains progressaient. »

Hervé nous a présenté la piscine. // Source : Numerama
Hervé nous a présenté la piscine. // Source : Numerama – Nino Barbey

Résultat : moins bien notés que leurs homologues américains lors des entrainements à la Nasa, les astronautes de l’Europe n’étaient pas autorisés à sortir. Grâce à la piscine de l’EAC, les Européens ont comblé ce retard. Thomas Pesquet a ainsi pu sortir plusieurs fois hors de la station, lors de ses missions. Il a même établi un record européen en 2021, en devenant l’astronaute de l’ESA à avoir passé le plus de temps cumulé en sortie extravéhiculaire dans l’espace : 39 heures et 54 minutes passées en dehors de l’ISS.

À son tour, Sophie Adenot ira dans cette piscine. D’abord, sans partenaire, pour s’habituer, puis en binôme avec d’autres astronautes — peut-être avec Thomas Pesquet ? Elle ne sera jamais véritablement seule, car ces entrainements en piscine sont rigoureusement surveillés. Plongeurs et instructeurs sont présents pour vérifier que tout se passe bien. « Dans une piscine comme ça, on peut se noyer », prévient Hervé Stevenin. Dans l’espace, comme dans ce bassin, les dangers guettent les astronautes, et tout est mis en œuvre pour les éviter.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.