Pour la première fois, le télescope spatial James Webb a permis de confirmer la présence d’une exoplanète, LHS 475. Les observations du JWST révèlent un monde rocheux, qui pourrait avoir une atmosphère.

C’est une petite exoplanète rocheuse qui tourne autour de son étoile à 41 années-lumière de nous, dans la constellation de l’Octant. Elle est un peu spéciale, car c’est la première identifiée grâce au télescope James Webb. Plus d’un an après son lancement dans l’espace, le JWST nous a réservé cette nouvelle surprise pour entamer 2023.

Une exoplanète de la taille de la Terre

Pour la première fois, l’existence d’une exoplanète a donc été confirmée avec James Webb, a fait savoir la Nasa, le 11 janvier. Ce nouveau monde est baptisé LHS 475 b. Que sait-on de lui ? Cette exoplanète fait quasiment la même taille que la Terre, très exactement 99 % de son diamètre (pour rappel, le diamètre terrestre est de 12 756 km).

On sait aussi que la planète est à peine plus chaude que la Terre (quelques centaines de degrés de plus), ce qui pourrait la rapprocher davantage de Vénus (chauffée à une température constante de 450° C). L’exoplanète évolue très près de son étoile : il lui faut tout juste 2 jours pour boucler une orbite. Cela dit, comme l’étoile LHS 475 est plus froide que le Soleil, il n’est pas impossible que l’exoplanète possède une atmosphère.

Vue d'artiste de LHS 475 b et de son étoile. // Source :  NASA, ESA, CSA, L. Hustak (STScI)
Vue d’artiste de LHS 475 b et de son étoile. // Source : NASA, ESA, CSA, L. Hustak (STScI)

Comment James Webb a-t-il trouvé LHS 475 b ?

James Webb n’a pas été utilisé seul par les scientifiques pour détecter LHS 475 b. Ce sont d’abord les observations d’un autre télescope, TESS (« Transiting Exoplanet Survey Satellite »), qui ont permis de soupçonner la présence de cet astre.

La méthode des transits est l’une des méthodes de détection les plus connues des exoplanètes. C’est une méthode dite indirecte. Elle consiste à détecter l’occultation d’une étoile, quand l’exoplanète passe devant elle.

Mais, il restait encore à confirmer son existence. La zone a ensuite été prise pour cible par James Webb. Le télescope a pu confirmer la présence de l’exoplanète grâce à la méthode des transits. Avec seulement 2 transits de LHS 475 b devant son étoile, le JWST a été en mesure de vérifier les observations de TESS.

Malgré la confirmation permise par James Webb, nous avons encore beaucoup à apprendre sur LHS 475 b. On sait que c’est une petite boule rocheuse. Toutefois, les scientifiques n’ont encore aucune idée de si elle possède bien une atmosphère, et de quoi cette atmosphère pourrait être composée. C’est pourquoi il est déjà prévu d’observer de nouveau l’exoplanète durant l’été 2023.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !