Les cauchemars récurrents sont un vrai problème médical, puisqu’ils peuvent avoir un impact sur la santé. Une expérience récente propose un nouveau type de thérapie.

« Nous avons observé une diminution rapide des cauchemars, associée à une augmentation des rêves émotionnellement plus positifs. Pour nous, chercheurs et cliniciens, ces résultats sont très prometteurs tant pour l’étude du traitement des émotions pendant le sommeil que pour développer nouvelles thérapies. »

Les auteurs de cette étude, parue le 27 octobre 2022 dans Current Biology, dévoilent une technique non invasive pour influer sur les émotions… afin de réduire le nombre de cauchemars. L’étude a été réalisée plus particulièrement auprès de personnes ayant un trouble du sommeil causé par ces rêves négatifs. Dans ce genre de situation, un même type de cauchemar peut revenir à une fréquence élevée.

La musique associée à des émotions positives semble avoir un impact

Les participants ont pratiqué un exercice d’imagination : l’idée était d’imaginer une version positive de leur cauchemar tout en écoutant une musique — un morceau de piano durant cette expérience. Ce, pendant deux semaines. Ensuite, durant leur sommeil, ils portaient un casque envoyant cette même musique durant la phase paradoxale — celle où ont lieu les rêves et cauchemars.

La qualité du sommeil est un enjeu de santé. // Source : Pexels
La qualité du sommeil est un enjeu de santé. // Source : Pexels

Et, les résultats sont très encourageants. L’impact de la musique, notamment, était significatif. L’étude était divisée en deux groupes : le premier devait faire l’exercice d’imagination positive, mais sans musique ; le second avait la musique en plus. Dans les deux cas, les chercheurs relatent une baisse des cauchemars. Mais, le groupe ayant bénéficié de l’accompagnement musical a vécu une baisse plus durable, encore notable plus de trois mois après la thérapie. Ce groupe a aussi connu, en parallèle, une augmentation des rêves heureux, et donc positifs.

« Nous montrons que nous pouvons réduire le nombre de rêves émotionnellement très forts et très négatifs chez les patients souffrant de cauchemars », confirment les auteurs. Les cauchemars, lorsqu’ils sont chroniques — récurrents –, ne sont pas anodins. Le sommeil est un enjeu de santé publique : un mauvais sommeil peut avoir des conséquences sur le bien-être et la santé, ce qui peut accroître les rêves négatifs, dans un cercle vicieux qui nécessite donc de nouvelles thérapies.