Le télescope spatial de la Nasa spécialisé dans la quête d’exoplanètes a suspendu ses observations du ciel. TESS est en mode sans échec, pour une durée indéterminée.

Qu’arrive-t-il à TESS ? Le « Transiting Exoplanet Survey Satellite » (« Satellite de recensement des exoplanètes en transit ») est en panne. Depuis le lundi 10 octobre 2022, ce télescope spatial de la Nasa est en mode sans échec, a annoncé l’agence spatiale le 12 octobre. Les observations scientifiques sont suspendues, pour une durée méconnue.

« L’engin spatial est dans une configuration stable », précise toutefois la Nasa. D’après les premiers éléments recueillis par l’agence spatiale, il semblerait que l’ordinateur de bord de vol de l’engin a été réinitialisé. La panne serait survenue après.

A-t-on perdu des données scientifiques du télescope TESS ?

Que va-t-il advenir des données scientifiques collectées par TESS, qui n’ont pas pu être envoyées vers la Terre avant que la panne ne survienne ? À première vue, elles ne sont pas perdues et « semblent être stockées en toute sécurité sur le satellite », rassure de nouveau la Nasa. Des procédures de récupération sont menées dans l’objectif de repasser à un fonctionnement normal de TESS, « ce qui pourrait prendre plusieurs jours ».

Orbite de TESS dans l'espace. // Source : Capture d'écran YouTube Nasa Goddard
Orbite de TESS dans l’espace. // Source : Capture d’écran YouTube Nasa Goddard

TESS a été envoyé dans l’espace en avril 2018. Sa principale mission consiste à détecter des exoplanètes. Pour les découvrir, il se sert de la méthode des transits : il surveille plus de 200 000 étoiles, en quête de baisses de luminosité temporaires. Ces phénomènes pourraient être liés à la présence d’une exoplanète en orbite autour de l’étoile : en passant devant l’astre, la planète cache une petite fraction de la lumière stellaire. Pour le télescope, cela se traduit par une diminution de l’éclat de l’étoile, de façon périodique. Cette méthode fonctionne lorsqu’on observe un système étoile-planète « par la tranche ».

Grâce à TESS, les astronomes disposent d’un impressionnant catalogue d’exoplanètes candidates. Ces planètes potentielles peuvent ensuite être observées avec d’autres télescopes terrestres ou spatiaux, comme James Webb, afin de vérifier s’il s’agit bien d’exoplanètes. Lorsqu’il fonctionne, TESS joue donc un rôle crucial d’éclaireur pour les scientifiques. Espérons que, comme cela avait été le cas lors de la dernière panne du télescope Hubble, les instruments de TESS puissent reprendre leurs observations dans des conditions normales.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.