L’Union astronomique internationale organise un grand concours, auquel vous pouvez participer en formant une équipe et en créant un événement, afin de déterminer un nom à proposer pour 20 « exomondes » visés par le JWST.

Chaque planète, chaque étoile, chaque constellation a un nom. C’est l’un des rôles de l’International Astronomical Union, ou Union astronomique internationale, abréviée IAU. Régulièrement, l’union organise des concours permettant à la communauté de l’astronomie professionnelle, comme aux amateurs, de proposer des noms.

Mais l’édition 2022 (baptisée NameExoWorld 2022) est spéciale : il s’agit de nommer 20 systèmes exoplanétaires qui font partie des premières cibles du télescope spatial James Webb (dont le premier cliché offre la vue la plus détaillée jamais obtenue à ce jour des premiers âges de l’Univers).

Par « système exoplanétaire », il faut entendre une étoile + une planète (au moins). Parmi ces « exomondes » sélectionnés, il y a WASP-19/WASP-19b, GJ_436/GJ_436b ou encore HIP_65426/HIP_65426b et LHS_3844 / TOI-136/LHS_3844b / TOI-136b. Donc, oui, vous comprenez pourquoi il faudrait un nom en plus de la dénomination scientifique.

Quelles sont les étapes pour proposer un nom ?

À qui s’adresse le concours ? L’IAU précise que vous pouvez être chercheuse ou chercheur dans le domaine de l’exobiologie, mais aussi astronome professionnel, professeur ou étudiant. L’appel s’adresse également aux astronomes amateurs et aux passionnés. « Le concours cherche à rassembler les astronomes professionnels et le grand public, en leur donnant l’opportunité de nommer 20 exoplanètes sélectionnées avec leur étoile hôte », précise l’IAU.

exoplanetes_iau_concours
Tous les exomondes éligibles. // Source : IAU

En revanche, il y a bien une condition importante en matière d’éligibilité : le concours est ouvert exclusivement aux équipes. Il faut donc rassembler plusieurs personnes, issues de tous ces domaines variés (mais pas nécessairement une personne de chaque domaine, cela peut être un professionnel, deux étudiants ; ou trois amateurs et un professeur d’astronomie…).

Ensuite :

  • Il faut « organiser un événement de sensibilisation à l’astronomie lié aux exoplanètes » et choisir un système parmi les 20 « exo-mondes » de la liste. L’événement peut être un stream en ligne ; des posts sur un compte dédié sur les réseaux sociaux ; une conférence ou table ronde, etc. (dans tous les cas, il faudra décrire tout cela et fournir des images).
  • Puis durant cet événement, il faut proposer un nom pour l’exoplanète et son étoile hôte « dans votre langue », en fournissant « une explication du contexte culturel ».
  • Pour proposer officiellement le nom trouvé, il faut remplir un formulaire complet et fournir également une vidéo contenant l’explication.

Le formulaire est un Google Form disponible en cliquant sur ce lien. La liste des « exomondes » est quant à elle disponible sur le site officiel de l’événement. Vous avez jusqu’au 11 novembre 2022 pour envoyer cette proposition finale.

Quand aura lieu l’annonce finale ?

Dans un premier temps, il y aura une première sélection dans chaque pays, menée par les membres du National Outreach Coordinators de l’IAU, qui choisiront un seul nom ainsi que deux autres « de réserve ». Ensuite, le comité international de sélection finale, « composé de membres du groupe de travail de l’IAU et de découvreurs d’exoplanètes », examinera les candidatures en déterminant les meilleurs noms. « Ces noms seront sélectionnés sur la base de la description et de la signification des noms fournis, ainsi que des activités de sensibilisation accomplies par chaque équipe », précise l’IAU.

Les 20 noms finaux des exo-mondes seront annoncés en mars 2023. Et, ils seront reconnus par l’IAU comme « le nom officiel » pour chaque système exoplanétaire. Cela s’ajoutera évidemment aux noms scientifiques ces systèmes, lesquels sont déjà déterminés.

Vous pouvez aller jeter un œil sur les résultats de précédents concours pour imaginer plus précisément à quoi ressemblent les noms finaux.