Zooniverse a lancé un nouveau projet nommé BirdSong. Son objectif : aider les chercheurs à comprendre le bruit des oiseaux, et à développer des systèmes de reconnaissance automatique en écoutant leurs chants.

Le site de science citoyenne Zooniverse a lancé le 21 juin 2022 un projet baptisé BirdSong, afin de développer des systèmes de reconnaissance de cris pour une série d’espèces d’oiseaux, dont certaines qui sont rares et menacées. Plutôt que d’écouter manuellement les données audio, l’équipe en charge du projet a pour objectif d’ « utiliser des identificateurs automatiques pour identifier les vocalisations spécifiques aux espèces ». Pour mener à bien ce projet, les chercheurs ont mis en place un classificateur de bruit auquel tout le monde peut contribuer.

Classez les cris d’oiseaux pour aider les scientifiques

Afin d’aider les scientifiques à identifier le chant des oiseaux, il faut d’abord vous rendre sur le site de Zooniverse. Ensuite, il vous est demandé d’écouter un clip audio — l’enregistrement est très court, il dure environ 3 secondes. À la fin de votre écoute, vous aurez la possibilité d’appuyer sur la case « oui » si vous estimez avoir entendu le bruit d’un oiseau, ou « non » si au contraire vous ne l’avez pas entendu (tout ceci, en anglais).

Sans titre (1)
Pour aider les scientifiques, il faut écouter et identifier les vocalisations des oiseaux, en cliquant sur oui ou non. // Source : Zooniverse

Le projet va permettre aux chercheurs d’accroître leur capacité à surveiller les environnements à l’aide de données audio. Sur son site internet, l’équipe en charge de BirdSong précise que « tous les enregistrements audio proviennent d’enregistreurs acoustiques passifs déployés dans le cadre de l’Observatoire acoustique australien ».

Capture d’écran 2022-06-30 à 16.03.08
Les enregistreurs acoustiques qui permettent d’étudier les cris des oiseaux. // Source : Sébastien Höfer

Ces enregistreurs peuvent capturer le bruit « d’une grande variété d’animaux », affirme l’équipe de BirdSong. Grâce aux panneaux solaires et à l’énergie du Soleil, ils peuvent se recharger automatiquement, de façon autonome. Ils sont également dotés de cartes SD, elles-mêmes dotées d’une grande capacité de stockage, ce qui sert notamment à collecter les données audio 24h/24 durant toute l’année.

« Les chercheurs à eux seuls ne sont pas capables de classer autant de bruits », précise l’équipe de Slade Allen-Ankins, chercheur à l’Université James Cook de Townsville. Ils ont « besoin de votre aide pour entraîner ces enregistreurs à détecter des sons ».

Par ailleurs, l’équipe de BirdSong précise qu’elle mène des enquêtes sur « la surveillance de la biodiversité » dans le but de valider l’efficacité des enregistreurs. Celle-ci aura lieu à travers six endroits différents et situés le long de la côte est de l’Australie.