L’époustouflante simulation de vol Microsoft Flight Simulator est désormais jouable sur les appareils mobiles grâce à la technologie du cloud. gaming.

Microsoft Flight Simulator était déjà une prouesse incroyable sur PC et Xbox. Le studio Asobo est en effet parvenu à donner naissance à une simulation aérienne gigantesque, portée par des graphismes vertigineux, une reconstitution fidèle de la Terre et un gameplay tout à la fois accessible et exigeant. Mais Asobo a fait encore plus fort, en portant Microsoft Flight Simulator sur… le smartphone.

Le secret ? La très gourmande simulation profite de la technologie du cloud gaming pour investir des plateformes moins performantes — comme un téléphone, une tablette ou bien un PC dont les caractéristiques sont normalement insuffisantes pour faire tourner Microsoft Flight Simulator.

Microsoft Flight Simulator sur smartphone
Un aperçu de Microsoft Flight Simulator sur smartphone. // Source : Capture iOS

Microsoft Flight Simulator sur un petit écran

« L’expérience multijoueur est identique à celle présente sur PC et Xbox Series X|S, ce qui permet à tout le monde de partager le même espace aérien, peu importe l’appareil utilisé », se félicite Microsoft dans son communiqué publié le 1er mars.

Pour que la magie opère, votre appareil se connectera à des serveurs équipés de Xbox Series X. Il faut bien évidemment disposer d’une connexion Internet solide pour que le jeu puisse se lancer (20 Mbit/s en réception). Il est par ailleurs nécessaire d’être abonné au Xbox Game Pass Ultimate, service qui permet d’accéder à une bibliothèque de jeux pour 12,99 € par mois.

Grâce au cloud gaming, Microsoft Flight Simulator va pouvoir toucher un nouveau public : celles et ceux qui adorent jouer sur mobile (iOS et Android), qui possèdent toujours une Xbox One ou qui disposent d’un PC dont la configuration est insuffisante pour faire tourner Microsoft Flight Simulator. Sur la console la moins puissante de Microsoft, le jeu parvient quand même à offrir une image en haute définition (1080p) et à 30 images par seconde.

Attention, si Microsoft Flight Simulator est parfaitement jouable sur un smartphone, il faut connecter une manette Bluetooth pour pouvoir piloter l’avion (pas de contrôle tactile, ce qui fait sens) — nous avons écrit un guide à ce sujet. On notera aussi qu’un petit écran ne fera pas honneur à l’incroyable travail abattu par les développeurs (les graphismes sont moins clinquants et peuvent être pixelisés). Mais cette possibilité reste une prouesse à souligner.