Après deux ans de test, Epic Games a fermé les serveurs de sa version « censurée » en Chine, comme annoncé.

C’est terminé : Fortnite n’est désormais plus accessible en Chine, où il était présent sous forme de version « censurée » pour s’adapter aux règles strictes du régime en place. Epic Games a fermé les serveurs de cette plateforme le 15 novembre 2021, comme il l’avait annoncé quelques jours plus tôt.

Désormais, lorsque l’on se rend sur la page de Fortnite en Chine, on observe qu’il n’y a plus moyen de lancer le jeu. Depuis le 1er novembre, il n’était déjà plus possible pour les joueurs et joueuses de se créer un compte, ni de télécharger le jeu depuis le site officiel.

« Merci à tous les joueurs et joueuses chinois de Fortnite qui sont montés dans le bus avec nous en participant à cette beta  », avait répondu Epic dans un communiqué, assumant la fin de cette période que le studio présentait comme une « phase de test ». La phase en question avait tout de même duré plus de deux années : c’est en avril 2018 qu’Epic Games avait lancé une version censurée du jeu de survie et de construction en Chine.

Une banane dans Fortnite. Avec un costard. Oui. // Source : YouTube/Fortnite

La version de Fortnite en Chine était déjà censurée

On recensait plusieurs gros changements par rapport à la version originale :

  • Aucune trace de sang n’était visible à l’écran
  • L’apparence de certains personnages devait être modifiée (par exemple, les représentations de têtes de squelettes sont interdites en Chine)
  • Il n’y avait aucun système de microtransactions dans le jeu : cela signifie que les joueurs et joueuses ne pouvaient pas réaliser des achats pour obtenir des améliorations cosmétiques, comme c’est le cas dans la version officielle.

Pour Epic Games, qui n’a pas plus communiqué sur le sujet de cette disparition, la présence de Fortnite en Chine était donc plus une question de visibilité que de rentabilité.

Cette version modifiée était gérée par le studio américain, mais avait été pensée pour s’adapter aux lois chinoises qui régulent très durement les jeux vidéo, considérés comme un « opium spirituel ». En septembre 2021, la Chine a même décidé d’interdire aux ados de jouer plus de 3 heures par semaine.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo