Et si vous exploriez n’importe quel livre de votre bibliothèque sous un nouveau jour, en vous faufilant à travers la jungle des mots tel un explorateur ? C’est le programme, pour le moins original, de Nouvelles Contrées, notre jeu de société de la semaine.

Vous êtes des exploratrices et explorateurs de romans, et votre bibliothèque est une grande contrée vierge à (re)découvrir. Parviendrez-vous à vous frayer un chemin jusqu’à la cité perdue, et, pourquoi pas, trouver le sens caché de l’œuvre ?

La boîte du jeu contient tout le nécessaire pour jouer, à un détail près. Et il a toute son importance. Il vous faut en premier lieu prendre un livre de votre bibliothèque. Idéalement un roman, mais n’importe quel ouvrage peut faire l’affaire également.

Nouvelles Contrées est un jeu coopératif, tout le monde joue ensemble. Mais l’un des joueurs incarne, à tour de rôle, le lecteur et les autres le groupe d’auditeurs.

On commence par prendre une page au hasard du livre, en s’assurant qu’il en reste au moins cent ensuite, et on y glisse deux marque-pages : le Campement et l’Éclaireur. Puis un troisième, la Cité Perdue, cinquante pages plus loin. Le but est d’arriver à atteindre la Cité Perdue avec le Campement. Enfin, on constitue une pioche de marque-pages Exploration, tous illustrés, au centre de la table, dont on révèle les quatre premiers.

Nouvelles Contrées
Source : Olibrius

Le lecteur ou la lectrice avance ensuite le marque-page Éclaireur d’autant de feuilles qu’indiqué au dos de la pioche Exploration, puis lit, dans sa tête, les six premières lignes en haut de la page en question. En s’inspirant de sa lecture, il choisit secrètement l’illustration de l’un des quatre marque-pages Exploration lui évoquant le mieux le sens du passage qu’il vient de lire.

Il lit ensuite, à haute voix, une seule fois, son texte. Le groupe essaie alors, en commun, de retrouver le marque-page Exploration choisi par le lecteur. S’ils le trouvent, on avance le marque-page Campement jusqu’à l’Éclaireur, et on y glisse le marque-page Exploration. En cas d’échec, c’est l’Éclaireur qui revient en arrière jusqu’au Campement, et on perd douze lettres (parmi les vingt-six de départ).

Nouvelles Contrées

Un nouveau joueur devient lecteur et on recommence un tour. La partie s’arrête par une défaite s’il ne reste plus de lettre. En revanche, si le Campement rejoint la Cité Perdue, on s’approche de la victoire. Le jeu continue comme précédemment, mais une contrainte vient s’ajouter à la lecture, imposée par la Cité Perdue. Lire à l’envers les premiers et derniers mots de chaque ligne, remplacer toutes les voyelles des verbes par le son [eu], alterner la lecture des lignes de gauche à droite puis de droite à gauche, etc. Il y cinq marque-pages Cité Perdue dans la boîte, chacun avec sa propre contrainte.

Enfin, en cas de victoire, les joueurs peuvent découvrir le sens caché du livre. Parmi tous les marque-pages Exploration trouvés, et donc glissés dans le livre, ils choisissent celui qu’ils trouvent le plus en rapport avec le titre de l’ouvrage. Ils avancent du nombre de pages indiqué à son dos depuis la position de l’Explorateur, et le sens caché du livre est là, sous leurs yeux : c’est la première phrase entièrement écrite sur la page de droite. Et croyez-le ou non, mais c’est cohérent dans la plupart des parties où nous sommes arrivés au bout !

Des modules peuvent être ajoutés à ces règles de base pour encore plus de renouvellement ou pour corser la difficulté : des péripéties pour potentiellement avancer plus vite dans les pages, des personnages pour aider le lecteur, etc.

Pourquoi jouer à Nouvelles Contrées

Aucun doute n’est permis, Nouvelles Contrées est bien ce qui est communément appelé un « OLNI », un Objet Ludique Non Identifié. Ces jeux qui sortent complètement de l’ordinaire, qui proposent quelque chose de nouveau et d’unique, et qui généralement marquent plus les esprits par l’expérience que par leur gameplay pur.

Nouvelles Contrées
Source : Olibrius

Évidemment, on ne peut s’empêcher de penser à Dixit, Mysterium/Mysterium Park, et tous les autres titres affiliés. On est effectivement dans la même famille de jeux, qui partagent cette mécanique d’interprétation des images par les différents participants. Mais l’ajout du texte amené par le livre bouscule réellement la donne et apporte un petit vent de fraîcheur.

Là où, quand il fallait comparer des images entre elles, on pouvait parfois simplement se baser sur des éléments tangibles (formes, couleurs, etc.), il faut ici faire preuve d’une grande imagination pour identifier une image parmi quatre uniquement à partir de six petites lignes prises au hasard.

Un Objet Ludique Non Identifié

La thématique de l’exploration est particulièrement bien trouvée également. Une fois le campement en place, l’explorateur s’aventure au fil des pages, et en cas de succès, place un nouveau camp quelques pages plus loin, dans l’espoir d’arriver jusqu’à la cité perdue mystique.

Nouvelles Contrées

À noter toutefois que la mise en place et la gestion des différents marque-pages sont un peu confuses à la première partie. Mais très vite, après un tour ou deux, tout devient limpide et cohérent, et le jeu est alors tout à fait fluide.

Le matériel n’est pas en reste, avec notamment de très belles illustrations sur les marque-pages. On regrette un peu leur petite taille, on les aurait aimées plus grandes pour mieux en profiter, mais le format est évidemment cohérent avec l’utilisation du livre.

Beau, frais, original, unique, Nouvelles Contrées est un jeu qui mérite sa place dans toute ludothèque digne de ce nom. Bien sûr, si votre passion est d’écraser vos adversaires avec vos armées ou de démontrer votre sens de la stratégie, passez votre chemin. Mais si vous cherchez un jeu plein de poésie, à pratiquer autant en famille qu’entre amis, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Un joli coup de cœur et une chouette idée de cadeau pour les fêtes qui approchent.

  • Nouvelles Contrées est un jeu de Wizenschtark
  • Illustré par Jeanne Landart
  • Édité par Olibrius
  • Pour 2 à 6 joueurs à partir de 10 ans
  • Pour des parties d’environ 30 à 60 minutes
  • Au prix de 22,50 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo