Recaro Gaming propose des sièges très haut de gamme qui se destinent aux joueuses et aux joueurs fortunés. La référence Exo Platinum est très chère, mais force est de reconnaître que le gain en confort est plaisant.

Le fauteuil de bureau de mes rêves — le CEO de la marque Roche Bobois— coûte 1 926,50 € (ne jugez pas mes goûts de luxe). Voilà pourquoi je n’ai pas tiqué sur le prix quand la marque Recaro Gaming m’a contacté pour tester un de leur siège : le modèle Exo Platinum, disponible à 1 099 €. Ce tarif est très élevé quand on le compare à ceux d’autres marques plus établies sur le segment des accessoires gaming (549,99 € pour le Razer Izkur, ce qui constitue déjà une belle somme). Pourquoi, dès lors, investir le double ?

Vous ne connaissez peut-être pas le nom Recaro mais vous avez sans doute déjà posé votre postérieur sur l’un de leurs sièges. En effet, cette entreprise allemande est spécialisée dans la conception d’assise haut de gamme pour l’automobile ou encore l’aviation (on trouve aussi leurs modèles dans certains stades de football). S’adresser aux joueuses et aux joueurs est donc une suite logique pour une marque qui fait du confort une priorité. Et, après plusieurs semaines passées à travailler et à jouer sur un Exo Platinum,  je dois reconnaître que mon dos se porte bien mieux.

Les accoudoirs 5D du siège Recaro Exo Platinum // Source : Recaro Gaming

Design et qualité de fabrication du Recaro Exo Platinum

Le siège Exo Platinum arrivera chez vous en quasiment une seule pièce. Le dossier et l’assise forment un bloc. Tout juste est-il nécessaire de fixer les accoudoirs en aluminium, le pied et les roulettes (ce qui prend moins de cinq minutes). La première impression est très bonne : le fauteuil est bien fini et robuste, ce qui présage une durabilité à toute épreuve. Il pouvait difficilement en être autrement pour une entreprise qui a fait sa réputation en fournissant des sièges sport. On sait pourquoi on a investi 1 000 € : l’assemblage est parfait et les matériaux premium. La coque de siège, inspirée de ce qu’on trouve dans les voitures, intègre une mousse de garniture de haute qualité recouverte d’un tissu maillé respirant. On a vraiment l’impression que les ingénieurs ont transformé un siège automobile en siège gaming, sans aucune concession.

Surtout, le look est irréprochable. Si j’aime autant un fauteuil tel que le CEO de Roche Bobois, c’est parce qu’il est d’une élégance inouïe. Une qualité qu’on peine à retrouver sur le marché jeu vidéo, où les acteurs ont tendance à proposer des produits tape-à-l’œil. Recaro Gaming n’est pas tombé dans ce piège : si l’Exo Platinum est moins joli que le CEO de Roche Bobois, il est bien plus passe-partout que le Razer Izkur. Seules les deux ouvertures au niveau de la partie supérieure du dossier sont susceptibles de trahir son ADN. On notera d’ailleurs que le Exo Platinum a reçu le prix German Design Award 2020 — une preuve de ses atouts esthétiques.

Le Exo Platinum offre plusieurs fonctionnalités pour personnaliser son expérience d’assise :

  • Un réglage en hauteur ;
  • Un réglage du dossier avec double molette (pour un accès plus rapide) ;
  • Un réglage de l’inclinaison avec divers modes (mode balancement sans position couchée, semi-bloqué ou bloqué) et quatre positions ;
  • Un réglage pour positionner les accoudoirs décrits comme 5D (hauteur, avancement, pivotement à 360 degrés).

Payer plus pour plus de confort

L’Exo Platinum coche les cases de la qualité d’assemblage et du design. Mais qu’en est-il du confort, qui constitue l’argument principal du produit ? Eh bien, je n’ai plus eu besoin d’appeler mon chiropracteur pour des maux de dos. Le rembourrage est ferme et assure un bon maintien pour toutes les parties du dos (y compris les lombaires, la zone la plus à risque, grâce à un soutien intégré). En prime, la texture prévient la sensation de glissement. On apprécie par ailleurs la structure très ouverte du dossier, qui n’enferme jamais.

Les multiples options de personnalisation permettent d’adapter le siège à sa morphologie, ainsi qu’à la hauteur de son bureau. Le mode balancement est susceptible d’offrir quelques moments de détente musculaire, lors d’une journée chargée. On a simplement trouvé un petit défaut : le cou et les cervicales sont moins choyés, sauf à faire l’acquisition de l’appuie-tête optionnel (à 89 €). Au prix du siège, on se dit qu’il pourrait être fourni.

Faut-il dépenser 1 000 € pour un fauteuil de bureau orienté gaming, si haut de gamme soit-il ? Tout dépend de votre sensibilité au confort. Un point qui vaut pour tous les produits qui permettent de l’améliorer au quotidien. Après tout, certains sont prêts à mettre plus d’argent sur la table pour un équipement très fourni dans leur voiture (climatisation automatique…) ou un meilleur écran de smartphone qui sera plus reposant pour les yeux. Le rapport au confort reste subjectif. Cela se ressent sur les dépenses qu’on est prêt à faire à ce niveau.

À l’arrivée, vouloir s’éviter des problèmes de dos n’a pas vraiment de prix, sachant que la proposition de Recaro Gaming ne trompe vraiment pas sur la marchandise en termes de qualité. Mais, oui, 1 000 € est une sacrée somme pour un tel équipement. Le fait qu’il puisse aussi trouver sa place dans un bureau moins orienté gaming constitue un vrai argument en sa faveur.

En bref

Exo Platinum

Note indicative : 4/5

Il est difficile de conseiller des sièges haut de gamme très onéreux. Et pourtant… L’Exo Platinum de Recaro Gaming offre un confort supplémentaire indéniable. Grâce au savoir-faire de l’entreprise allemande, connue pour ses assises de voitures irréprochables, le fauteuil s’appuie sur un assemblage aux finitions inouïes et un design plus sobre que la concurrence.

Reste ce prix très élevé, qui dépasse les 1 000 € (sans l’appui-tête, en option). L’intérêt de ce produit pour vous dépendra de votre sensibilité au confort. Rappelons cependant qu’avoir mal au dos quand on travaille ou quand on joue peut vite se transformer en calvaire.

Top

  • Design
  • Qualité
  • Confort

Bof

  • Prix
  • Pas d'appui-tête

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo