Forza Horizon 5 est le titre visuellement ébouriffant dont tous les propriétaires de Xbox Series X rêvent depuis bientôt un an. Le jeu de course reste également très ludique et accessible.

Je ne suis jamais allé au Mexique de ma vie. Mais après l’Australie et l’Angleterre, c’est vers ce pays d’Amérique centrale que nous envoie Forza Horizon 5, disponible à compter du 5 novembre sur Xbox One, Xbox Series S, Xbox Series X et PC (avec accessibilité immédiate grâce à l’abonnement Xbox Game Pass).

Forza Horizon 5 est certainement un jeu que Microsoft aurait rêvé de lancer aux côtés de la Xbox Series X, en novembre 2020. Car c’est peu dire que le voyage virtuel proposé par Playground Games est d’une beauté inouïe. La Xbox Series X avait besoin de cette vitrine. Elle arrive avec un peu de retard — un comble pour un jeu de courses, mais propose une expérience diablement efficace.

Forza Horizon 5 // Source : Capture Xbox

En bref

Forza Horizon 5

Note indicative : 4/5

Vous cherchez LE jeu qui vous en mettra plein la vue sur Xbox Series X ? Forza Horizon 5 ne vous décevra pas. D’une beauté ébouriffante, le jeu développé par Playground Games est la vitrine technique dont la console dernière génération avait besoin pour asseoir sa toute puissance. Il s’agit d’un jeu carte postale par excellence, avec des panoramas en veux-tu, en voilà.

Derrière, Forza Horizon 5 s’appuie sur les mêmes fondations que ses prédécesseurs : le fun et l’accessibilité. N’en attendez pas de révolution. Vous trouverez seulement un immense terrain de jeu à parcourir en toute liberté, en quête d’épreuves variées qui ont de quoi occuper pendant plusieurs dizaines d’heures. C’est classique, mais terriblement efficace.

Top

  • Magnifique
  • Contenu riche et varié
  • Gameplay très accessible

Bof

  • On aurait aimé un unique mode d'affichage
  • Progression toujours un peu chaotique
  • On garde la même recette

Les graphismes de Forza Horizon 5 sont époustouflants

La saga Forza Horizon a toujours proposé des graphismes attrayants. Et Forza Horizon 5 ne déçoit pas sur ce point, bien au contraire : on prend uppercut sur uppercut. Les différents décors, inspirés du Mexique, nous en mettent constamment plein les yeux. Quand l’Angleterre de Forza Horizon 4 avait besoin de quatre saisons pour émerveiller, la variété mexicaine s’impose de manière plus naturelle et avec un photoréalisme sidérant (sans oublier les quelques événements climatiques).

Zones urbaines (hélas assez vides de monde), terrains rocailleux, forêts luxuriantes, étendues plus désertiques, pistes en altitude… Les centaines de routes accessibles en toute liberté forment une sorte d’album de cartes postales qu’on a envie de montrer à ses amis. Des éloges qui valent bien évidemment pour la version Xbox Series X, affichée sur un écran 4K UHD HDR dernier cri. Rappelons d’ailleurs que Forza Horizon 4 sur Xbox One X nous avait conquis par le passé, preuve que Playground Games maîtrise son sujet à merveille.

Forza Horizon 5 est incontestablement le plus beau jeu de la Xbox Series X

À noter que Playground Games offre le choix entre deux modes d’affichage. Le premier met l’accent sur la fidélité visuelle, avec un framerate capé à 30 fps. Le deuxième, lui, offre plus de fluidité à 60 fps. Habituellement, l’option axée sur la performance implique de lourds sacrifices. Bonne nouvelle : ce n’est pas du tout le cas avec Forza Horizon 5, qui reste incroyablement joli quand on privilégie les 60 fps. Les quelques détails perdus et la poignée de petits défauts (les arrêtes scintillent plus, certains éléments peuvent apparaitre plus tardivement) ne sont rien comparé au gain en confort. Cela nous laisse du choix — même si dans un monde idéal, bien sûr, il ne serait pas nécessaire de choisir.

Autre point fort de Forza Horizon 5 : ses développeurs sont de vrais mordus de voitures, et celles-ci sont modélisées à la perfection (y compris les habitacles). Si vous voyez fleurir des captures prises avec le mode Photo du titre sur les réseaux sociaux, il ne faudra pas s’en étonner : Forza Horizon 5 est incontestablement le plus beau jeu de la Xbox Series X, et de loin.

Nos (sublimes) captures maison de Forza Horizon 5

Un joli temple // Source : Capture Xbox
Désolé pour les dégâts  // Source : Capture Xbox
Ceci n’est pas une photo de la vraie vie // Source : Capture Xbox
Une Porsche Taycan à vive allure sur une route pavée // Source : Capture Xbox
On n’a jamais trouvé un brouillard aussi beau // Source : Capture Xbox
Admirez les textures de la piste… // Source : Capture Xbox
De nuit, c’est tout aussi captivant // Source : Capture Xbox
Bien sûr qu’il y a des néons // Source : Capture Xbox
Les détails dans le ciel… // Source : Capture Xbox
Un vrai moment à montrer // Source : Capture Xbox
Bon ok, les personnages humains ne sont pas à leur avantage // Source : Capture Xbox
C’est la tempête par ici // Source : Capture Xbox
Une image qui donne envie de partir en vacances… // Source : Capture Xbox
On se croirait dans Tomb Raider (en plus beau) // Source : Capture Xbox
Imaginez cette capture sur un téléviseur HDR // Source : Capture Xbox
Oui, le Mexique est un pays de foot // Source : Capture Xbox

Le même Forza Horizon qu’avant, mais au Mexique

Ok, Forza Horizon 5 est très beau. Mais est-il récréatif ? N’ayez crainte : Playground Games ne bouscule pas sa formule qui fonctionne si bien. Certains pourraient même reprocher au studio son absence de prise de risque, tant le titre se contente de réciter sa leçon par cœur. Dépaysés par les décors, les joueuses et les joueurs ne le seront pas avec le gameplay, toujours articulé autour de l’accessibilité — les puristes pourront désactiver les aides pour accentuer le défi.

Forza Horizon 5 est cependant un jeu qui nous offre en quelque sorte des « vacances » et qu’on apprécie de parcourir sans prise de tête. Trop gourmand sur l’accélérateur dans un virage ? Pas de panique, vous pouvez rembobiner pour mieux réajuster votre manœuvre. Le titre n’impose pas de jouer à la perfection. C’est même le contraire : celles et ceux qui détestent les jeux de course peuvent y trouver leur compte.

En termes de sensations, Forza Horizon 5 mise sur la diversité. Il y a de quoi trouver son bonheur sur les tracés, ainsi que dans le garage qui contient plus de 500 voitures. On y trouve de tout : des reliques qui rendront hommage au passé aux bolides de rêve les plus chers du monde, en passant par des modèles 100 % électriques (la Porsche Taycan y est mais, hélas, est décevante). Avec un tel casting automobile, Forza Horizon 5 peut se permettre de multiplier les épreuves : courses sur terre, de rue ou mixte, cross-country, missions plus scénarisées ou encore tâches annexes (drift, vitesse, chronométrage). À mesure qu’on joue, de nombreuses épreuves se débloquent et viennent peupler une carte immense. En somme, il faut vraiment le vouloir pour s’ennuyer dans Forza Horizon 5,

Il est simplement dommage que la progression soit toujours si chaotique. Entre les points d’expérience, ceux de maîtrise et la réputation essentielle pour faire avancer « l’histoire » (car oui, Forza Horizon 5 essaie de raconter une histoire, assez ridicule), il y a matière à se perdre au bout d’une poignée de kilomètres. D’autant qu’on ne cesse de débloquer toujours plus de choses. Forza Horizon 5 est parfois trop généreux. C’est un bon point, en termes de durée de vie. Ça l’est moins lorsqu’on doit naviguer dans des menus et sous-menus à rallonge. Le jeu a les tares des mondes ouverts qui cherchent à remplir à tout prix, alors qu’on se passerait sans problème des courses face à des avions ou des jet-skis. L’avantage, c’est qu’on a ici vraiment tout loisir de vivre son aventure comme on le souhaite, du début à la fin — si tant est qu’il y ait vraiment une fin.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo