Twitch a annoncé une baisse des tarifs pour les abonnements, et a promis d'aider les streameurs en leur versant une aide pour compenser les pertes. Mais la plateforme va soumettre les streameurs à certaines conditions.

Ce vendredi 6 août, certains streameurs français ont eu une mauvaise surprise en se connectant à leur compte. Des petits graphiques représentant le nombre d’heures qu’ils ont passées à streamer depuis le début du mois sont apparus sur leur tableau de bord, en indiquant un objectif bien précis d’heures à atteindre avant la fin du mois. En contrepartie, s’ils effectuent bien le nombre d’heures indiqué, ils pourraient recevoir une certaine somme d’argent.

Cette proposition soudaine et ces chiffres ne sortent pas de nulle part. Ils sont la conséquence directe d’un changement majeur, institué par Twitch le 5 août 2021 : les abonnements passent de 4,99 € par mois à 3,99 €.

Un changement dans le prix des abonnements

Le changement ne touche pas que la France et l’Europe. Les prix des « subs », des abonnements à un créateur ou une créatrice sur Twitch, sont en train de changer partout dans le monde. Cette baisse des prix n’est pas une nouveauté : Twitch avait annoncé sa volonté de réforme il y a déjà quelques semaines, en mai. L’idée était de permettre à plus d’abonnés de s’abonner aux créateurs qu’ils souhaitent soutenir, sans que cela ne soit un investissement financier trop important.

Résultat, au lieu d’avoir un prix unique d’abonnement pour tout le monde, qui était de 4,99 dollars (une somme ensuite convertie ensuite dans les monnaies respectives de chaque pays), Twitch a maintenant une tarification locale, pour chaque pays. Dans la grande majorité des cas, les prix des abonnements vont ainsi baisser pour les utilisateurs de Twitch dans beaucoup d’endroits. La baisse du tarif peut être d’un euro, comme c’est le cas en France, mais elle peut être bien plus importante dans d’autres pays : à Taïwan le prix baisse de 48 % et de 57 % en Thaïlande.

Un « ajustement du revenu incitatif »

Mais ce changement de prix a également un impact important sur les streameurs. En effet, les créateurs vont être les premiers affectés par la baisse des prix. Leurs revenus seront d’autant plus réduits que Twitch récupère 50 % de la somme versée, peu importe le prix. La nouvelle de la baisse des prix avait laissé de nombreux streameurs extrêmement amers, malgré l’assurance de Twitch que « des abonnements moins chers boostaient le nombre d’abonnements mensuels global et le revenu lié aux abonnements pour les créateurs ».

Pour essayer de limiter les pertes des créateurs de contenus, Twitch a décidé de mettre en place ce qu’il appelle un «  ajustement du revenu incitatif  ». Cette aide a été pensée pour aider les streamers à compenser les pertes de revenu qu’ils pourraient subir à cause de la baisse des tarifs.

«  L’incitation à l’ajustement du revenu des créateurs garantit 100 % des revenus des abonnements (Prime et payants) aux créateurs éligibles pour les trois (3) premiers mois, y compris lors du mois pendant lequel le changement a lieu », a précisé Twitch France sur Twitter. Concrètement, cet ajustement des revenus serait une aide, versée directement au streamer, et qui compenserait le manque à gagner.

Une aide ponctuelle

Cette aide ne sera cependant pas perpétuelle. Après les trois premiers mois, pendant lesquels Twitch remboursera 100 % de la différence entre les anciens revenus et les nouveaux, «  nous diminuerons progressivement les versements incitatifs, à raison de 25 % en moins tous les 3 mois, pendant les 9 mois suivants », a précisé Twitch.

Revenus Twitch // Source : Twitch

Autre point noir, tout le monde n’est pas éligible à cette aide. Les critères ont été définis par Twitch, et ils restent à la discrétion de la plateforme. Twitch a cependant partagé quelques-uns de ces critères :

  • la date à laquelle un créateur est devenu un Twitch Partner ou un Affiliate
  • l’historique de revenus du compte avant les changements de prix des abonnements
  • le nombre d’heures streamées par les créateurs ces derniers mois (le nombre d’heures minimal n’a pas été partagé publiquement)
  • si un grand nombre des abonnés du streameur ou de la streameuse viennent d’un pays où le tarif des abonnements va changer.

Une mesure « irresponsable »

Pour l’instant, Numerama n’a pas encore trouvé beaucoup de réactions publiques à cette nouvelle mesure. Mais celles que nous avons trouvé viennent de streameurs et de streameuses qui y sont très fortement opposées.

En effet, le revenu de base des streameurs a été calculé par Twitch — les créateurs n’ont pas été consultés. Dans la page dédiée aux changements des tarifs, Twitch précise que le salaire indicatif a été calculé en fonction de « l’argent gagné par le créateur grâce aux abonnements payants et Prime au cours des trois derniers mois, ainsi que le nombre d’heures streamées en live ». À partir de ces chiffres, une moyenne a été faite, qui est visible dans le tableau de bord des streameurs. « Tant que le créateur streame au moins 85 % de ses heures de départ en live au cours d’une période d’un mois et remplit d’autres critères spécifiques d’éligibilité, nous verserons au créateur un ‘ ajustement du revenu incitatif ‘ afin de compenser toute perte de revenu lié aux abonnements », précise Twitch.

Ce conditionnement des aides à un nombre d’heures, qui peut sembler arbitrairement défini, exaspère. « Twitch commence à s’inscrire dans une logique de rendement, qui n’est certes pas nouvelle, mais qui poussée de la sorte va vite [montrer] ces limites. On ne stream pas bien avec des quotas », s’est énervée la streameuse Nat’Ali sur Twitter. Ce quota soulève surtout bien d’autres problèmes : que faire si des créateurs tombent malades ? Que faire si des personnes souffrent de maladies graves ou sont en situation de handicap et ne peuvent pas toujours streamer régulièrement ? Que faire si des marathons ont été organisés dans les mois précédents ? Que se passera-t-il pour les personnes qui veulent partir en vacances, ou encore celles qui ont déjà fait des burn out à cause de la pression subie ?

« Devoir prolonger son stream pour correspondre à des heures imposées est de loin la meilleure idée pour tuer à petit feu les streamers », assène Nat’Ali. « En plus d’être irresponsable, cette nouveauté est un rappel de plus que Twitch dicte ces propres règles, sans que qui que ce soit ait son mot à dire ». Les premiers témoignages de créateurs devant streamer plus de 200h pendant le mois à venir font déjà irruption sur les réseaux sociaux. Il y en aura certainement de plus en plus.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo