Stoppez le Docteur Foo et son armée de clones, avant que les failles temporelles générées par sa machine à voyager dans le temps n’aient raison de l’univers ! Voici The Loop, notre jeu de société de la semaine.

Le maléfique Docteur Foo a mis au point une machine à voyager dans le temps. Grâce à elle, il crée des clones de lui-même dans les différentes époques. Les Agents Temporels sont le dernier espoir de l’humanité, avant que les failles temporelles ne mettent fin à l’univers… on compte sur vous !

The Loop est un jeu coopératif, qui oppose les joueurs au Docteur Foo : tout le monde gagne ou perd ensemble. Chacune et chacun incarne un Agent Temporel, doté d’un pouvoir spécial qui lui est propre.

Le plateau de jeu représente les sept grandes époques de l’espace-temps : l’Aube des Temps, le Moyen-Âge, jusqu’à l’Ère des Robots, et même la Fin des Temps. Et en son centre, la fameuse machine infernale du docteur, en 3D.

Chaque tour d’un joueur ou d’une joueuse est divisé en trois grandes phases.

The Loop
Une partie à trois joueurs en cours // Source : Catch Up Games

Tout d’abord, le Docteur Foo crée ses clones au hasard à différentes époques, puis utilise sa machine. Pour cela, on fait tomber des petits cubes rouges, les « failles temporelles », dans l’ouverture de sa machine. Plus il y a de clones à la même époque que le Docteur, plus on y jette de failles. Ces dernières retombent par les trois toboggans à son pied. Chaque époque ne peut en accueillir que trois simultanément. La quatrième génère un vortex, rendant dès lors impossible tout sabotage de la machine à cette époque.

Car le but des agents est de saboter la machine, grâce à leurs actions. On peut se déplacer d’une époque à une autre adjacente, mais cela demande de l’énergie, et elle se fait plus rare quand la partie avance. On peut aussi appliquer l’effet des trois premières cartes de sa main. Elles permettent d’ajouter de l’énergie, de réparer une faille, de déplacer un clone, pour l’amener sur son époque d’origine et donc le détruire du fait du paradoxe temporel, etc. Chaque carte propose un ou plusieurs effets.

The Loop
Les cinq Agents Temporels prêts à affronter le Docteur Foo // Source : Catch Up Games

Mais surtout, on peut réaliser un « loop », une boucle temporelle, pour réutiliser ses cartes une fois de plus dans le tour. Mais c’est très coûteux en énergie, et de plus en plus à chaque nouvelle boucle ! À utiliser avec parcimonie donc.

Enfin, on reçoit une carte d’artéfact de l’époque sur laquelle on se trouve, qui vient s’ajouter à notre main, et on vérifie si on a réussi à saboter la machine. Il y a toujours deux sabotages possibles, demandant de respecter certaines conditions. Par exemple faire une boucle à six époques différentes, ou retirer cinq faille à l’époque du Docteur, etc.

Si on y arrive, on s’approche de la victoire, puisqu’il faut réussir quatre sabotage pour gagner. En revanche, si trop de vortex ont été subis, ou si le Docteur a déjà voyagé quatre fois dans chaque époque, c’est la défaite immédiate.

Il ne s’agit là que du mode d’initiation. Il en existe trois autres, ajoutant du matériel et des règles additionnels, et surtout une difficulté accrue.

Pourquoi jouer à The Loop ?

Avec ses quatre modes de jeux différents à la complexité progressive, avec, pour chacun, la possibilité d’y jouer dans trois niveaux de difficulté, ainsi que ses cinq personnages au pouvoir unique, le moins que l’on puisse dire c’est que The Loop propose un contenu très riche une grande rejouablité. Et, même si c’est nettement moins amusant, vous pouvez même vous entraîner tout seul, grâce à des règles dédiées au mode solo.

 

The Loop
Source : Catch Up Games

D’autant que la difficulté est plutôt corsée, même dans le mode de jeux le plus « simple ». Il faut gérer les clones, faire attention aux failles, dépenser l’énergie à bon escient, apprendre à utiliser au mieux ses cartes. Tout ça combiné à l’aléatoire inhérent aux déplacements du Docteur Foo, gérés par une pioche de cartes, et le hasard des cubes d’énergie qui tombent de la machine. Il faut se rendre à l’évidence : l’univers a plus souvent tendance à s’effondrer qu’à être sauvé par les Agents Temporels.

La marge de progression est énorme

Et c’est tant mieux ainsi : quoi de plus frustrant que de gagner à un jeu coopératif dès les premières parties ? Ici, la marge de progression est énorme, on apprend de ses erreurs, on anticipe mieux au fur et à mesure des tentatives.

The Loop
Quelques cartes d’artefacts de différentes époques de l’espace-temps // Source : Catch Up Games

Même si elles ne sont pas complexes, la première lecture des règles peut être un peu difficile. Il y a beaucoup de matériel (dont une partie n’est utilisée que dans certains modes), trois livrets distincts, le principe même du loop qui paraît abstrait avant de commencer à jouer, etc. Heureusement, elles sont bien écrites et bien illustrées, et surtout l’éditeur a eu la très bonne idée de proposer une explication en vidéo. C’est nettement plus fluide et limpide, ne vous en privez pas.

Avec sa thématique originale et parfaitement en phase avec ses mécaniques, son matériel foisonnant et de qualité, une identité visuelle au style rarement vu dans un jeu de société, le principe de la boucle temporelle au cœur du jeu, et enfin son contenu riche, offrant une grande rejouabilité, The Loop est un titre à ne pas rater pour les fans de jeux coopératifs. Sans être réservé aux experts, il faut tout de même noter que le jeu est difficile, même dans son mode le plus accessible. Et tant mieux, puisque c’est ce qui fait tout le charme d’un jeu coopératif réussi, et qui plaira aux amateurs du genre.

  • The Loop est un jeu de Maxime Rambourg et Théo Rivière
  • Illustré par Simon Caruso
  • Édité par Catch Up Games
  • Pour 1 à 4 joueurs à partir de 12 ans
  • Pour des parties d’environ 60 minutes
  • Au prix de 37,90 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo