Les toucans sont des oiseaux gourmands, semble-t-il. Mais attention, tous les fruits ne se digèrent pas bien. Récoltez les plus appétissants, et gare à ne pas vous les faire voler par vos adversaires. Voici Tucano, notre jeu de société de la semaine.

Bananes, papayes, ananas, etc. La forêt tropicale est pleine de fruits juteux et savoureux qui n’attendent que vous. Mais attention, à la fin du jeu, certains s’avèreront peut-être mauvais pour votre estomac.

Tucano est composé uniquement de cartes : en très grande majorité des fruits, de différentes sortes, et quelques toucans. En début de partie, trois d’entre elles sont retournées et placées en autant de colonnes.

À son tour, on choisit l’une des trois colonnes, on prend toutes les cartes qui la composent, puis on ajoute une carte de la pioche à chaque colonne. Les joueurs jouent à tour de rôle, et la partie s’arrête quand il ne reste plus qu’une seule pile de cartes. C’est on ne peut plus simple !

Tucano
Une partie à deux // Source : Helvetiq

Mais que fait-on des cartes ramassées ? On les collectionne pardi. Car chaque sorte nous permet de marquer plus ou moins de points en fin de partie. Voire même d’en perdre. Les papayes, par exemple, rapportent 1 point pour une ou deux cartes, 9 points pour trois cartes, et même 20 points si on en a quatre. Les ananas ne sont pas très digestes à priori, puisqu’on ne marque aucun point si on en a un, et, pire encore, on en perd respectivement 2 et 4 si on termine la partie avec deux ou trois ananas. Ainsi, chaque fruit a son propre système de décompte représenté par une iconographie très simple à comprendre.

Tucano
Ces fruits ne sont-ils pas trop choupis ? // Source : Helvetiq

À cela s’ajoutent quelques cartes toucans, avec des effets spéciaux à appliquer dès qu’on en prend un. Ils permettent de voler un fruit à un adversaire, d’en offrir un dont on ne veut pas, ou de retourner face cachée tous ses fruits. Ils ne peuvent alors plus être volés, mais en contrepartie il faut se souvenir de ceux qu’on a déjà ramassés pour choisir les suivants.

Pourquoi jouer à Tucano ?

Certes, Tucano n’est pas une révolution dans le monde ludique. Il n’empêche, avec ses règles d’une simplicité déconcertante, ses parties dynamiques et rapides, on finit par les enchaîner les unes derrière les autres, avec toujours autant de plaisir.

Tucano
Source : Helvetiq

En plus de cela, l’éditeur a eu la bonne idée de faire appel à une véritable illustratrice. Là où on doit habituellement se contenter d’un design quelconque pour ce type de petit jeu de cartes, on se retrouve ici avec des couleurs joliment choisies, et des petits bonhommes fruits mignons à croquer.

Des règles d’une simplicité extrême

Mieux encore, le jeu ne manque pas d’interactions. Que ce soit dans le choix des fruits, où on essaie tout autant de prendre ceux qui nous intéressent que de ne pas laisser ceux convoités par nos adversaires, ou dans l’application des effets des toucans. Le joueur ciblé va bien évidemment essayer d’argumenter pour qu’on choisisse un autre adversaire, pendant que les autres essaient de nous convaincre que ce choix est le bon. Ça parlemente, ça influence, et surtout ça se marre.

Un design coloré et mignon comme tout, des règles d’une simplicité extrême, des parties rapides et dynamiques, des choix à chaque tour, de l’interaction, le tout dans une toute petite boîte à emporter dans toutes les poches. Même si Tucano n’a rien de révolutionnaire, il n’en est pas moins vraiment très chouette. Si vous aimez les jeux de collection, dans la même veine que Coloretto, foncez, vous ne serez pas déçus.

  • Tucano est un jeu de Théo Rivière
  • Illustré par Odile Sageat
  • Édité par Helvetiq
  • Pour 2 à 4 joueurs à partir de 6 ans
  • Pour des parties d’environ 15 minutes
  • Au prix de 9,90 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo