Les versions PS4 et Xbox One de Cyberpunk 2077, considérées comme ratées, ont inexplicablement passé le processus de certification de Sony et Microsoft. CD Projekt Red tient à prendre ses responsabilités sur ce point.

Sony et Microsoft ont-ils fait preuve d’un peu trop de laxisme avec les versions PS4 et Xbox One de Cyberpunk 2077  ? Les deux constructeurs imposent un processus de certification supposé strict aux éditeurs, pour s’assurer que tous les jeux disponibles sur leur console soient de qualité. Le RPG de CD Projekt est visiblement passé entre les mailles du filet, au regard de l’état dans lequel il est sorti le 10 décembre dernier — sur les plateformes les moins puissantes.

À l’occasion d’une réunion retranscrite le 15 décembre, le studio polonais a fait un point sur le lancement de Cyberpunk 2077, logiquement entaché par ces versions PS4 et Xbox One indignes de ses ambitions. Sur la question de la certification, CD Projekt assume sa part de responsabilité à 100 % : «  C’est définitivement notre faute. Nous estimons qu’ils pensaient que nous allions corriger les problèmes avant la sortie, et cela ne s’est pas vraiment passé comme prévu ». 

Une publicité pour un hot dog dans Cyberpunk 2077 // Source : Capture d’écran Xbox

Sony et Microsoft ont trop fait confiance à CD Projekt Red

« Nous avons sous-estimé l’ampleur et la complexité des problèmes, nous avons ignoré les signaux sur le besoin de temps additionnel pour retravailler le jeu sur les anciennes consoles. Ce n’était pas une bonne approche et c’est contre nos principes  », admet, de son côté, Adam Kicinski, le CEO. Il ajoute que CD Projekt a un peu concentré sa communication en montrant la mouture PC — la meilleure –, oubliant que les joueurs et joueuses sur console allaient nécessairement se sentir lésés.

On peut penser que Sony et Microsoft devraient revoir leur processus de certification : en l’état, les versions PS4 et Xbox One ne sont pas acceptables et n’auraient jamais dû être commercialisées. D’autant que Cyberpunk 2077 n’est pas le premier blockbuster à connaître un lancement douloureux sur les deux consoles. Parmi les exemples récents qui auraient mérité de l’attention supplémentaire, il y a Ghost Recon Breakpoint ou encore Fallout 76. Ils sont la preuve que Sony et Microsoft font parfois trop confiance aux éditeurs les plus réputés du marché.

« Cela nous a fait perdre la confiance des joueurs et la réputation que nous avons bâtie pendant une bonne partie de nos vies », concède Adam Kicinski. Il promet que les versions PS4 et Xbox One, trop longtemps mises de côté, ne seront pas abandonnées à l’avenir. Il faudra refaire un point sur l’état du jeu en janvier puis en février, après le déploiement de deux grosses mises à jour.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo