Après quelques heures passées dans Fallout 76, nous vous conseillons d'attendre avant de répondre à l'invitation.

Une fois encore, Bethesda nous a fait le coup du aussitôt annoncé, aussitôt disponible. Dévoilé peu avant l’E3 2018, Fallout 76 ne s’est pas fait désirer très longtemps avant de sortir sur PC, PlayStation 4 et Xbox One. Nouvel opus de la saga de RPG post-apocalyptique, il entend asseoir des ambitions qui tirent un peu plus vers le MMO — sans le côté monde persistant.

Fallout 76 sert également de prologue à toute la saga chère à Bethesda. On y incarne l’un des premiers survivants à quitter l’abri 76, quelques années après que des bombes nucléaires ont tout ravagé. En somme, il va falloir survivre… et reconstruire.

Mais, en l’état, on ne conseillera à personne de se lancer dans Fallout 76. On vous raconte pourquoi en cinq points qu’il faut savoir.

Visuellement et techniquement, c’est toujours en bêta

Vous n’allez jamais être ébahis en jouant à Fallout 76, la faute à un moteur graphique vieillissant et une direction artistique qui recycle un peu trop d’éléments de Fallout 4 (qui se passe après, on le rappelle). Avec un peu d’indulgence, on lui pardonnera ce rendu désagréable. En revanche, on ne fera pas abstraction de la palanquée de soucis techniques.

Entre les ralentissements, les gels d’écran, les plantages, les bugs résiduels, les scripts qui ne s’enclenchent pas ou encore les quêtes qui ne suivent pas leur cours, Fallout 76 empile les tares d’un jeu qui n’a pas été peaufiné, sinon terminé. Et, à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’expérience est moins plaisante que cauchemardesque. À côté d’un Red Dead 2 millimétré de ce côté, ça contraste.

Cette somme de désagréments est d’autant plus impardonnable que Bethesda est passé par une bêta pour prendre la température. Pour rectifier le tir, la firme américaine a d’ores et déjà partagé un calendrier de mises à jours qui viendront, espérons-le, soulager nos yeux et nos nerfs. La première sera déployée dès ce lundi 19 novembre.

Fallout 76 // Source : Bethesda

Attention, grosse dose de survie

Fallout 76 est un jeu de survie, un vrai jeu de survie. En ce sens, il va falloir penser à manger, à boire et à soigner les maladies que l’on contracte à cause des radiations que l’on respire et/ou ingère. On pensera aussi à ramasser tout ce qui traîne pour recycler et obtenir les ressources indispensables à l’artisanat.

Cette composante du gameplay est une chose à prendre en compte avant de goûter à Fallout 76, qui va au-delà de simples quêtes à remplir dans l’ordre de son choix au sein d’un monde ouvert. Pour certains, elle apparaîtra même rédhibitoire puisqu’elle s’articule autour de la répétition de certaines tâches loin d’être amusantes.

Fallout 76 // Source : Bethesda

C’est le No Man’s Land

Pour appuyer l’ambiance post-apocalyptique de son Fallout 76, Bethesda a fait un choix étrange : vous n’y croiserez strictement aucun PNJ. Les personnages non joueurs sont alors remplacés par quelques robots (certains sont hostiles) et, surtout, de vrais humains avec qui interagir. Mais si d’aucuns reprochaient à Destiny et sa suite de manquer de présence, que penseront-ils des serveurs de Fallout 76 ? Pour faire simple, c’est un véritable No Man’s Land.

Un défaut qui empêche au RPG d’assumer certaines ambitions, comme celle de réunir des inconnus autour d’un événement ponctuel à terminer ensemble. Comment sociabiliser quand on ne croise personne ? La question mérite d’être posée. Et la réponse ne se trouvera pas dans Fallout 76

Fallout 76 // Source : Bethesda

On s’ennuie vite

Moche, vide et répétitif, Fallout 76 n’invite jamais à l’extase. D’autant que la narration, d’une pauvreté abyssale, n’incite pas à se motiver : elle se niche dans l’intitulé des quêtes et dans l’écoute de certains journaux audio. En bref, vous êtes chargés de redonner de l’éclat à l’humanité en érigeant un abris digne de ce nom.

Il y a de facto une surcouche construction à appréhender et à maîtriser pour réussir à survivre dans ce monde hostile. Sur ce point, on soulignera une interface très compliquée et, par extension, loin d’être intuitive pour celles et ceux qui n’avaient pas été mis au courant.

Fallout 76 // Source : Bethesda

Le multi mal intégré

Fallout 76 intègre enfin une facette PVP (joueur contre joueur), autorisée après le niveau 5 (il arrive vite, rassurez-vous). Là encore, on cherche où Bethesda veut en venir. Il n’y a pas de mode à proprement parler et il s’agit juste d’affronter quelqu’un — si vous avez la chance de croiser quelqu’un — en lui tirant dessus et en priant pour qu’il riposte. Sans quoi, il ne se passera rien…

L’argument le plus intéressant de Fallout 76 se situe peut-être dans sa coopération (spoiler : les points d’expérience ne sont pas partagés). Autrement dit, nous voici encore en face d’un jeu qui s’apprécie un peu mieux entre amis. Sinon, bienvenue à la solitude.

Fallout 76 est disponible sur Amazon. On vous conseille d’attendre une promotion.

Partager sur les réseaux sociaux