Les hackathons de jeux vidéo sont l'occasion de créer des jeux très basiques, mais immédiatement accessibles. C'est le cas de Keep SNES Alive. Sa particularité est de pouvoir être joué aussi bien dans le navigateur que sur Super NES.

Il est des jeux vidéo dont le développement mobilise des centaines de personnes, pendant de très longues années. Pensez par exemple à Final Fantasy VII Remake, Zelda Breath of the Wild ou encore Cyberpunk 2077 : des projets anciens, qui sollicitent des départements entiers. Mais il existe aussi des jeux qui ne nécessitent qu’un seul individu aux commandes et qui sont conçus en quelques heures à peine.

C’est typiquement le cas de Keeping SNES Alive, un petit jeu sans prétention conçu par Dr Ludos, lors d’une game jam, un concours de développement chronométré autour des jeux vidéo. Ici, le thème était de mettre au point un titre en dix heures sur le thème « maintenez-le en vie ! ». Avec Keeping SNES Alive, l’idée est de faire bondir une cartouche de Super NES de console en console, pour les recharger.

Le but du jeu est très simple : il faut utiliser les flèches directionnelles de son clavier pour aligner la cartouche au-dessus de la fente d’insertion de chaque Super Nintendo — un peu comme on positionne les blocs lors d’une partie de Tetris. Une fois à l’intérieur, la console se recharge jusqu’à 99 %. Il suffit alors de faire jaillir la cartouche avec la touche « S » et la placer au-dessus d’une console bientôt déchargée.

Keeping SNES Alive by Dr Ludos
Les trente-trois premières secondes se sont bien passées. Et puis ensuite… // Source : Dr Ludos

Un jeu très basique, jouable aussi sur SNES

Deux conditions d’échec existent : vous laissez une console se décharger jusqu’à zéro ou bien vous alignez mal la cartouche, ce qui fait qu’elle s’écrase à côté. C’est tout ! Pour le reste, c’est un jeu d’endurance classique : vous devez essayer de recharger les consoles le plus longtemps possible en faisant systématiquement preuve de dextérité et de précision. Et de stratégie, aussi, en choisissant quelle console recharger ensuite.

Bien sûr, la profondeur du gameplay de Keeping SNES Alive est minimale et n’a rien à voir avec les mondes ouverts et la complexité des titres cités en introduction. Il n’en demeure pas moins que les jeux parfois les plus simples s’avèrent être les plus addictifs et les plus populaires. Souvenez-vous de Tetris, Flappy Birds, Candy Crush Saga ou Crossy Roads. Basique, mais efficace.

Le jeu est accessible via le navigateur web, mais les plus bidouilleurs d’entre vous ont aussi la possibilité d’y jouer localement sur un émulateur SNES et même directement sur une vraie Super Nintendo, via une cartouche Flash. Il est également possible de consulter le code source du jeu, qui est d’ailleurs commenté. De quoi, peut-être, inspirer des vocations et enrichir ce titre avec un nouveau contenu.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo