La saison 12 de Doctor Who introduit un arc narratif audacieux : un terrible secret dans l'histoire des Seigneurs du Temps.

La douzième saison de Doctor Who est lancée sur la BBC depuis le 1er janvier 2020. Le Docteur, interprété par Jodie Whittaker, revient avec son Tardis et ses trois compagnons, pour dix épisodes. À chaque régénération, le nouvel interprète — ou ici la nouvelle interprète — doit faire ses preuves. La première saison d’un Docteur est toujours un cap difficile à passer et sème la zizanie chez les fans. C’est souvent lors d’une deuxième saison que la sensation de familiarité commence à naître avec la nouvelle incarnation du Seigneur du Temps, qui trouve son identité.

Pour Jodie Whittaker, l’interprétation du Docteur en tant que Thirteenth a été exemplaire dès le début. Il n’aura fallu que quelques secondes pour voir en elle tout ce qui fait l’essence du célèbre Seigneur du Temps. Des épisodes rappelaient même l’ère pilotée par Russell T. Davis. Un bémol cependant : l’actrice et ses compagnons étaient parfois mal servis par l’écriture globale. Il y avait quelques faiblesses dans le rythme et la narration. Les épisodes étaient un peu trop des standalones, déconnectés de la continuité de la série. Il manquait un petit quelque chose, un élément marquant, un monologue tragique et enflammé, ou peut-être simplement de l’audace.

Heureusement, le double-épisode Spyfall, introduisant cette nouvelle saison, a immédiatement corrigé le tir. Le showrunner Chris Chibnall a enfin pris ses marques, et il  a osé toucher à la trame profonde de Doctor Who. Il se confronte à l’identité des Seigneurs du Temps, à leurs croyances et à leur planète-mère, Gallifrey.

Le « Timeless Child » apparaît vaguement dans un souvenir. // Source : BBC

Le mensonge des pères fondateurs

Dans la saison 11, l’esprit du Docteur était sondé par une créature captant toutes ses peurs et, parmi elles, on entend pour la première fois parler du Timeless Child. Mais c’était alors purement anecdotique, alors que la saison 12 semble mettre cet élément au cœur de son fil rouge.

Le double-épisode Skyfall commence par ressusciter l’un des plus grands antagonistes du Docteur : le Maître. Plus fou que jamais, il révèle avoir lui-même provoqué le ravage de Gallifrey, la planète lointaine des Seigneurs du Temps. Sa motivation ? La vengeance. Il aurait percé à jour un terrible secret dans l’histoire de leur espèce.

Ce mensonge serait en lien avec une légende (ou un souvenir, ou un fait historique…) profondément ancrée en chaque Seigneur du Temps. C’est un enfant : le Timeless Child (en français, « l’enfant éternel »). On l’aperçoit vaguement lors d’une sorte de flashback dans les souvenirs du Docteur. Le Maître explique que toute l’identité de l’espèce est bâtie sur ce mensonge originel. L’importance de la révélation qui se cache derrière cette affirmation se ressent par le jeu de Jodie Whittaker : depuis qu’elle incarne le Docteur, elle n’avait jamais à ce point exprimé la tragédie. Peut-être est-ce en lien avec la découverte du voyage temporel, ou la régénération.

En tout cas, il semble clair que cette saison 12 reposera sur cet arc narratif : ce secret, la nature voire l’identité exacte du Timeless Child. La mythologie liée à Gallifrey et aux Seigneurs du Temps est une part fondamentale de Doctor Who. Elle n’est pas si souvent touchée par les showrunners. La série existe depuis presque 60 ans, si vous touchez à un ingrédient aussi central, cela métamorphose toute la continuité passée et à venir. On ne peut donc que saluer la prise de risque de Chris Chibnall visant à enrichir le fil rouge de la série. Et grâce à un tel scénario, Jodie Whittaker aura enfin l’occasion d’exprimer pleinement sa version du Docteur.

Crédit photo de la une : BBC

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo