Poussé par Epic Games, Psyonix va retirer les objets payants aléatoires de Rocket League.

En mai dernier, une bombe a frappé le marché du jeu vidéo : Epic Games officialisait le rachat de Psyonix, studio qui se cache derrière Rocket League (qui pèse 60 millions de joueurs). L’influence du géant américain à qui l’on doit le phénomène Fortnite n’a pas tardé à se faire sentir. Dans un communiqué publié le 6 août 2019, Psyonix a annoncé l’arrêt des boîtes de loot.

La suppression des contenus aléatoires payants, puisque c’est ce dont il s’agit, sera effective plus tard cette année. Psyonix souhaite que les joueurs sachent par avance ce qu’ils achètent — comme c’est le cas dans Fortnite depuis le début de cette année.

On pourra toujours dépenser son argent dans Rocket League

L’arrêt des caisses de butin ne signe pas la fin des microtransactions et des DLC dans Rocket League. On pourra toujours dépenser son salaire dans les Rocket Pass, les voitures spéciales ou encore les objets liés à l’esport. En ce qui concerne les contenus cosmétiques aléatoires, un nouveau système sera introduit. Ses contours seront précisés dans les mois à venir.

On rappelle que toutes les controverses liées aux boîtes de loot, nées avant le lancement de Star Wars Battlefront II, avaient poussé Psyonix a dévoiler les pourcentages de chances d’obtenir tel ou tel type d’objet dans les coffres récupérés en jouant ou en payant. Cette transparence, nécessaire à l’époque, préfigurait donc une décision plus radicale. C’est une manière d’éviter d’être contraint, à terme, de tout enlever, sachant que certains pays européens interdisent déjà les boîtes de loot. Aux yeux de la loi, elles s’apparentent à des jeux d’argent.

Partager sur les réseaux sociaux