Le réalisateur Steven Spielberg a indiqué qu'il soumettrait en avril un projet à l'Académie des Oscars visant à écarter Netflix de la cérémonie.

Mise à jour du 11 mars 2019 : Jeffrey Katzenberg, producteur influent à Hollywood, a affirmé avoir parlé à Steven Spielberg, et que celui-ci n’aurait jamais affirmé vouloir empêcher Netflix de concourir aux Oscars. Le réalisateur américain ne serait ni pour ni contre.

Pour Steven Spielberg, il y a le cinéma d’un côté, et Netflix de l’autre. Le réalisateur a décidé de présenter un projet qui vise à empêcher la plateforme de pouvoir accéder aux Oscars, a rapporté IndieWire jeudi 28 février.

3 Oscars pour Roma

Lors des Oscars 2019, qui ont eu lieu le 25 février, un film Netflix a obtenu des récompenses. Il s’agit du long métrage Roma qui a raflé la statuette du meilleur réalisateur pour Alfonso Cuarón, de la meilleure photographie et du meilleur film étranger. Pour Netflix, qui avait déjà remporté un premier Oscar en 2018, pour le documentaire Icarus (qui traite du dopage dans le milieu du cyclisme), c’est un joli palmarès.

Extrait de Roma // Source : Netflix

Selon Steven Spielberg, les services de vidéos à la demande par abonnement (SVOD) n’ont pas leur place dans ce type de cérémonies. Selon IndieWire, le réalisateur va défendre lors de la prochaine réunion de l’Académie des Oscars en avril une modification des règles de l’événement. L’objectif est clair : bannir les films Netflix.

Pour lui, seuls les films sortis en salles (et uniquement en salles) devraient être éligibles. Les SVOD devraient eux se contenter des récompenses réservées aux œuvres télévisuelles, comme les Emmy Awards. Il avait détaillé son opinion en mars 2018. Steven Spielberg expliquait alors : « La montée en puissance des services de streaming est clairement un danger très actuel pour tous ceux qui font des films. De moins en moins de réalisateurs vont se battre pour monter un budget, ou pour entrer en compétition à Sundance afin d’obtenir un de ces labels qui leur permettra une sortie en salles. »

Un combat de longue haleine pour Netflix

Ce combat n’est pas tout à fait désintéressé. Face à Roma cette année, il y avait Green Book : Sur les routes du sud. Ce film, qui a obtenu l’Oscar du meilleur film, a été produit par Amblin Entertainment, une société créée par… Steven Spielberg.

Un porte-parole d’Amblin a indiqué à Indie Wire : « Steven est convaincu de la différence entre le streaming et une [projection] en salles. » Il a ajouté que les personnalités du cinéma qui partageaient ce sentiment étaient invitées à se joindre au réalisateur.

Si Roma avait déjà obtenu un Lion d’Or au festival de la Mostra de Venise, il avait en revanche été exclu de Cannes. Le règlement de ce festival stipule depuis mai 2017 que seuls les films sortis en salle peuvent obtenir un prix.

Un Oscar pour attirer des réalisateurs de talent

L’Académie des Oscars a confirmé à IndieWire qu’il était prévu de discuter des règles régissant les Oscars en avril, et que les idées de Steven Spielberg seraient donc étudiées.

Capture d’écran de l’interface Netflix desktop (décembre 2018) // Source : Numerama

Netflix, qui compte environ 140 millions d’abonnés, n’a pas franchement besoin d’Oscars pour gagner de l’argent. En revanche, une telle récompense lui donne une renommée sans précédent. C’est un aveu de l’industrie culturelle américaine sur la qualité des productions Netflix, et sur le fait qu’elles puissent rivaliser avec des films normalement réservés aux salles de cinéma.

Pour le service de vidéo à la demande, cela peut permettre d’attirer de nouveaux réalisateurs, réalisatrices, acteurs et actrices talentueux.

Netflix n’a pas souhaité réagir de manière officielle pour le moment.

Partager sur les réseaux sociaux