Le directeur des contenus de Netflix a confirmé que la plateforme américaine ne sera pas présente à Cannes cette année, car le Festival refuse qu'elle puisse faire entrer ses films en compétition. Et le géant de la SVOD ne souhaite pas les présenter sans les faire rivaliser avec d'autres longs-métrages.

Ted Sarandos est formel : il n’y aura aucun film de Netflix au Festival de Cannes cette année. C’est ce qu’a affirmé le 11 avril le directeur des contenus de la plateforme américaine a affirmé dans une interview accordée à Variety : pas question de présenter le moindre long-métrage original, même hors-compétition, à cause de la décision du Festival de le tenir à l’écart la de sélection officielle.

«  Nous voulons que nos films soient mis sur un même pied d’égalité que les autres cinéastes. Si nous allions au Festival quand même, il y aurait un risque que nos films et nos réalisateurs soient traités de manière irrespectueuse », a asséné Sarandos. « [Les organisateurs] ont donné le ton. Je ne pense pas qu’il serait bon pour nous d’y aller. »

Capture d’écran de la bande-annonce de Okja. YouTube/Netflix

L’an passé, le Festival de Cannes avait sélectionné deux longs-métrages de Netflix en compétition, The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach et Okja de Bong Joon-ho. Mais cela n’avait pas plu à une partie de l’industrie du cinéma, qui y voyait une mise en difficulté supplémentaire des « modes d’exploitation traditionnels » des films. Le festival avait alors décidé de modifier ses règles le 11 mai 2017 pour n’autoriser dans sa sélection officielle que des films qui sont sortis en salle, à partir de 2018.

Pourquoi Netflix ne diffuse pas ses films en salles

Netflix refuse notamment de se plier à cette règle à cause de la chronologie des médias en France, a expliqué le Monde. Cette réglementation prévoit que si Netflix diffusait ses films en salle, le géant de la SVOD devrait attendre trois ans pour les mettre sur sa plateforme de vidéo à la demande par abonnement.

Ted Sarandos a conclu son interview par une dernière pique à l’encontre de Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes : « Ce n’est pas une coïncidence, si Thierry a aussi interdit les selfies cette année [sur le tapis rouge, ndlr] (…) Je me demande de quelle autre avancée technologique il compte s’occuper ».

Il a toutefois précisé que s’il ne serait pas lui-même à Cannes, certains des cadres de Netflix s’y rendront pour acheter des films, car « beaucoup de films y seront présents sans distributeur. »

Partager sur les réseaux sociaux