Sony justifie (encore) son refus de cross-play et cross-platform avec la Xbox et la Switch car, selon son président, la PS4 demeure la meilleure expérience pour les joueurs Fortnite.

À l’IFA, Sony a de nouveau fait la sourde oreille au sujet du cross-play concernant le jeu Fortnite. Dans une interview accordée à la Press Association, le président de Sony, Kenichiro Yoshida, a une fois encore appuyé ce choix.

La PlayStation 4 étant « le meilleur endroit pour jouer », la console n’a pas besoin de se livrer au cross-play. Un tacle peu diplomatique envers ses concurrents.

Fortnite // Source : Epic Games

Une frustration grandissante

En juin 2018, les joueurs Fortnite ont manifesté leur mécontentement de ne pouvoir lier leur compte Switch ou Xbox One à la PS4. La seule alternative possible à ce jour est de créer un nouveau compte et ainsi perdre l’ensemble de ses items en plus de sa progression.

Face à la grogne des joueurs, Sony a fourni une première réponse le 14 juin à la BBC : « (…) Avec plus de 80 millions d’utilisateurs mensuels actifs sur PlayStation Network, nous avons bâti une immense communauté de joueurs qui peuvent jouer ensemble sur Fortnite et d’autres titres en ligne. Nous avons également offert un cross-play de Fortnite avec la version PC, Mac, iOS et les systèmes Android (…) »

Reste que la Xbox One et la Switch sont toujours personæ non gratæ chez Sony. Samantha Loveridge, éditrice associée chez GamesRadar+, alertait sur l’écosystème cloisonné de Sony, peu en phase avec l’évolution des jeux vidéo. La remise en question n’a pas opéré côté Sony puisque son président Kenichiro Yoshida a conforté la vision de la firme : « Au sujet du cross-platform, notre point de vue est toujours que PlayStation est le meilleur endroit pour jouer. Je pense que Fortnite sur PlayStation 4 constitue la meilleure expérience pour les joueurs. C’est notre conviction. »

Il rappelle au passage l’ouverture de la PS4 aux plateformes PC, mais, plus important encore, il insiste sur la nécessité de sauvegarder la concurrence entre les consoles : « Une compétition saine et honnête est toujours bonne pour l’industrie et sa croissance. Je pense que la compétition avec Nintendo et Xbox est saine. »

Peu après la première vague de mécontentement, John Smedley, ancien patron de Sony Online Entertainment (connu sous le nom de Daybreak Game Company aujourd’hui), avait fait savoir la « véritable raison » de ce refus dans un tweet depuis supprimé : « Quand j’étais chez Sony, la raison évoquée en interne pour ce cas de figure était l’argent. Ils n’aimaient pas l’idée que quelqu’un achète quelque chose sur Xbox et s’en serve sur une PlayStation. Aussi simple que ça. C’est une raison stupide, mais c’est ainsi. »

Pas sûr que Sony puisse tenir un discours aussi intransigeant encore très longtemps à l’heure où le cross-play et le cross-platform se démocratisent.

Partager sur les réseaux sociaux