Les ennemis du Problème à 3 Corps, appelés San-Ti dans la série et Trisolariens dans le roman de Liu Cixin, intriguent. Ils ne sont pas directement visibles dans la saison 1. Les verra-t-on dans la saison 2 ? Peut-être, mais il faudra relever certains challenges. Attention, SPOILERS sur la fin de saison 1.

Ça y est, vous avez terminé le dernier épisode de la saison 1 du Problème à Trois Corps ? On ne doute pas que vous avez des questions plein la tête. Que va-t-il advenir de Saul ? Va-t-il être bel et bien un « Colmateur » ? Quel destin attend Will Downing dans sa capsule spatiale ? Et, surtout, à quoi ressemblent les « San-Ti » ?

Dans la série, on ne voit jamais directement à quoi ressemblent les San-Ti — le nom que l’on donne à la race alien qui est déterminée à quitter son système stellaire trop chaotique pour s’installer sur Terre. On les voit systématiquement sous une forme virtuelle imitant des humains — adultes, enfants, hommes et femmes. Ils copient aussi la voix humaine.

L’apparence des San-Ti (qui s’appellent Trisolariens dans le roman de Liu Cixin) est toutefois évoquée succinctement dans l’épisode 5, appelé Le Jugement Dernier, lorsque Thomas Wade (interprété par Liam Cunningham) et Jin Cheng (jouée par Jess Hong) entrent dans le jeu en réalité virtuelle (et sensorielle) conçu par les San-Ti.

Alors qu’ils avancent dans l’environnement virtuel, ils croisent une femme, qui est en fait un membre de cette espèce. Elle se présente dans une tenue de guerrière, avec une épée dans le dos. Ce que l’on sait, à ce moment-là, c’est qu’il s’agit d’un avatar et du maître de jeu du jeu Le Problème à 3 corps. Tous les intrus sont éliminés prestement.

Source : Netflix
La discussion dans le monde virtuel et sensoriel. // Source : Netflix

Vient alors un échange entre les deux humains et la créature, nommée Sophon (et jouée par l’actrice Sea Shimooka) : « Qui c’est, elle ? », demande Thomas Wade. « C’est une IA… à moins que ce soit l’un d’entre eux », avance Jin Cheng. Perturbé par l’allure de leur interlocutrice, Wade se demande alors : « Ils nous ressemblent ? »

La réponse ne tarde pas : « Nous sommes très différents de vous. Cette apparence vise à vous rassurer », rétorque cette femme. Thomas Wade la relance : « De quoi avez-vous l’air ? » Un court silence s’ensuit et, dans un sourire énigmatique, Sophon répond : « Cela ne vous plaira pas. » Nous n’en saurons pas plus, la discussion embrayant sur autre chose.

Verra-t-on les San-Ti (Trisolariens) dans Le Problème à 3 corps ?

Compte tenu du développement de la première saison, et des choix dans l’adaptation du roman, la future saison 2 du Problème à 3 corps offre en théorie une fenêtre d’opportunité pour montrer l’aspect véritable des San-Ti. Après tout, la flotte d’invasion trisolarienne se sera rapprochée un peu plus et, grâce à l’ellipse, on fera peut-être un bond temporel. Il reste malgré tout un peu plus probable que leur arrivée soit précieusement gardée pour les saisons 3 et 4, qui se concentreront sur le troisième livre.

Les showrunners vont se retrouver, dans tous les cas, face à un dilemme : il n’existe pas de description claire de l’aspect des Trisolariens dans la trilogie romanesque de Liu Cixin. Et cela a longtemps été une source de discussion chez les fans, à l’image des nombreux sujets de discussion sur le net, notamment dans le sous-forum dédié au récit sur Reddit.

La principale caractéristique que l’on connait est leur faculté à s’assécher pour que l’on puisse enrouler et ranger les représentants de cette espèce comme des morceaux de papier — ils peuvent en outre se réhydrater pour retrouver leur forme normale. C’est une faculté qui est racontée dans les livres et montrée dans la série.

Les visuels du Problème à 3 Corps sont somptueux // Source : Netflix
Ce n’est pas sa vraie apparence. // Source : Netflix

On sait par ailleurs que leur pensée est « transparente », qu’ils ne peuvent pas cacher leurs idées ou mentir — c’est pour cela qu’ils finissent par avoir peur de l’espèce humaine. Ils sont technologiquement très avancés — cf. le développement des intellectrons, deux protons liés par intrication quantique pour communiquer instantanément dans l’univers.

L’absence d’indication est aussi notée dans les encyclopédies de fans. C’est le cas de Villainsl’apparence physique des Trisolariens [est] laissée à l’imagination dans la trilogie ») et Alien Species ( « Les Trisolariens n’apparaissent jamais physiquement dans les livres, laissant leur apparence inconnue au-delà de détails et de déductions fragmentaires »).

Il est à noter qu’il y a déjà eu une adaptation en série télévisée du roman, à destination du public chinois. Trente épisodes ont été produits pour la TV locale, par Tencent Video. Les épisodes sont sortis en 2023 et il y a eu une proposition visuelle pour représenter les Trisolariens. Ils ressemblent ici à des êtres éthérés, sans visage net.

Source : Capture d'écran
La proposition visuelle de la TV chinoise. // Source : Capture d’écran

La piste de Baoshu avec La Rédemption du Temps

Cependant, il existe une possibilité, qui est une possibilité donnée par le roman La Rédemption du temps. Écrit par Baoshu, un autre auteur chinois, il est décrit comme un prolongement de la trilogie de Liu Cixin. C’est en fait une sorte de fan fiction qui a gagné suffisamment de notoriété pour avoir droit à une publication en bonne et due forme.

Source : Capture d'écran
Une autre représentation visuelle de la TV chinoise. // Source : Capture d’écran

Or, pointe Villains, dans ce roman dérivé semi-canon, les San-Ti « sont décrits comme de petites créatures insectoïdes pas plus grandes qu’une fourmi ou qu’un grain de riz. » Alien Species confirme cette présentation. Le site ajoute que ces créatures sont « argentées » et leur forme se rapproche d’une fourmi ou d’un grain de riz.

Toute la question est de savoir si les showrunners du Problème à 3 corps se baseront sur « le roman de ce fan », selon la description de l’éditeur français Actes Sud, ou s’ils partiront sur une idée inédite. Reste, enfin, la troisième option : ne rien montrer du tout. Après tout, on peut aussi laisser le public se dépatouiller avec son imagination.

Source : Montage Numerama

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !