La deuxième partie de Dune est diffusée dans les salles obscures. Se pose alors une question importante : faut-il avoir vu le précédent film réalisé par Denis Villeneuve ?

Vous n’avez pas vu Dune, le chef-d’œuvre de Denis Villeneuve (c’est un tort, il faut le voir, il est disponible en streaming). Mais peut-être que vos amis vont insister pour les accompagner au cinéma afin d’apprécier Dune 2 — diffusé depuis le 28 février. Est-ce que, justement, on peut voir (et aimer) Dune 2 sans avoir vu Dune ?

Denis Villeneuve, réalisateur des deux longs métrages, a un avis sur la question. Dans un entretien accordé à Moviefone et publié le 29 février, il indique : « Il est important pour moi que le film [Dune 2] soit autonome, signifiant que quelqu’un qui n’aurait pas vu Dune puisse aimer la deuxième partie. Nous fournissons donc quelques pistes de compréhension au début pour garantir cette indépendance. Bien sûr, c’est mieux si vous avez vu Dune. »

Lady Jessica interprétée par Rebecca Ferguson. // Source : Dune/Warner
Lady Jessica interprétée par Rebecca Ferguson. // Source : Dune/Warner

Oui, il faut voir Dune pour apprécier Dune 2

Pour Denis Villeneuve, il est envisageable de voir Dune 2 sans avoir digéré Dune. Un point de vue assez étrange quand on sait que les deux blockbusters adaptent le même livre, que le cinéaste a découpé en raison de sa densité, de sa richesse et de sa complexité. Sur le plan commercial, sa position se défend, puisqu’elle consiste à affirmer d’aller voir son film, qu’importe votre passif. Mais faire l’impasse sur Dune est dommage.

S’il est possible de résumer ce qui se passe dans Dune en quelques paragraphes (malgré une durée de 2h47), il ne faut pas nier sa capacité à installer — en prenant son temps — un univers immense. Le premier Dune permet de découvrir tout ce qui est important pour bien tout assimiler : le lieu (la planète Arrakis ou Dune, où cohabitent les Fremen et d’immenses vers des sables) ; l’existence de grandes familles régies au sein d’un Imperium ; la découverte d’un ordre de femmes puissantes (les Bene Gesserit) ; le rôle des Harkonnen et des Astréides ; ou encore la mise en place d’une prophétie (incarnée par Paul Atréïdes). Il y a beaucoup de noms qui sont communiqués, et on peut même s’y perdre.

Chiabella James / Vanity Fair
Chiabella James / Vanity Fair

En outre, Dune s’articule autour de personnages qui reviennent dans Dune 2 et possèdent leur propre petit arc narratif (exemple : la haine que voue Gurney Halleck à Rabban Harkonnen). Le Baron Harkonnen, Dame Jessica ou Chani prennent de l’importance dans la suite, avec des motivations très personnelles.

Enfin, on assiste à la montée en puissance de Paul Atréides dans Dune 2, avec une vraie rupture dans son évolution entre les deux films. Ce point permet effectivement à Denis Villeneuve de nourrir son argumentaire. Néanmoins, ne pas savoir d’où part Paul peut priver les spectatrices et les spectateurs de certains ressorts émotionnels et de quelques justifications quant à son comportement.

10/10
Dune : Partie 2 Lire la critique
Il n’y a pas d’offres pour le moment

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.