Considéré comme une copie de Pokémon (et pas que), Palworld connaît un départ canon. Il le doit en partie à son ton irrévérencieux, qui permet de malmener des petites créatures mignonnes.

Palworld est une usine à buzz. C’est ce qui explique en partie son immense succès : derrière une copie de Pokémon, il cache une cruauté, une violence et un humour noir qui renvoient au cynisme. On peut trouver ce ton ultra drôle ou incroyablement gênant.

Il n’a fallu qu’un week-end pour voir pulluler des clips invraisemblables sur les réseaux sociaux. Palworld est une mine d’or pour les férus de Tik-Tok, qui peuvent faire de l’audience facilement avec une séquence irrévérencieuse. Tour d’horizon de moments à la fois dérangés et dérangeants.

Palworld // Source : Capture YouTube
Palworld // Source : Capture YouTube

Oui, Palworld est un jeu qui peut être drôle

La capture et la revente d’humains

On ne croise pas que des créatures — baptisées Pals — dans les environnements de Palworld. Il y a aussi des humains, comme des braconniers qui nous attaquent à vue. Figurez-vous qu’on peut les capturer, comme n’importe quel Pal. Les chances de réussir sont évidemment très faibles (on a gaspillé quatre balles sur un braconnier, en vain). Que faire après avoir capturé un humain ? On peut le revendre. Oui, comme un esclave… Pire : on peut aussi les dépecer.

Le bazooka pingouin

En apparence, Palworld est un jeu Pokémon qui consiste à attraper des bestioles pour les faire se battre. En réalité, c’est davantage un jeu de survie, avec des ressources à récupérer et des technologies à développer. Parmi elles, on peut débloquer des compétences spéciales pour certains Pals. Ainsi pourra-t-on ajouter une selle pour transformer une créature ailée en monture ou se servir d’un renard comme d’un lance-flamme. Le pingouin, lui, pourra carrément devenir une munition pour un bazooka.

La dépression ou la drogue ou les deux

Il existe une petite centaine de créatures différentes dans Palworld. Mais aucune ne vaut celle qui s’appelle Depresso, une sorte de chat bleu aux oreilles tombantes et à la mine blasée. Il se traînera sur votre camp, mais Dieu sait qu’il est utile. La description en dit long : « Son regard méchant fait qu’il a peu d’amis, malgré son grand cœur. » Il possède quand même trois capacités de travail : travaux manuels, transport et extraction. Certains Pals n’en ont qu’une.

S’envoyer en l’air

Pour capturer des Pals, on s’en remet à des sortes de Poké Balls, qui fonctionnent sur le même principe. Il faut d’abord affaiblir la créature pour avoir une chance de l’obtenir, puis on lance l’objet sur elle en priant pour qu’elle ne s’échappe pas. Figurez-vous qu’il existe à l’heure actuelle un bug qui permet de décoller en montant sur la balle, avant que la capture ne soit validée. La preuve en image :

Se méfier des apparences

Quand on voit une poule sans défense dans Palworld, on a tout de suite envie de l’attaquer. Mais il faut se méfier des apparences : si la poule en question est shiny, c’est-à-dire ultra rare (comme dans… Pokémon), alors elle est susceptible d’avoir une compétence ultra-spéciale. Ce joueur en a fait les frais.

Mignonnerie et thug life

Palworld porte si bien son surnom de « Pokémon avec des armes ». Prenons l’exemple de cette séquence où on peut caresser un petit singe en apparence inoffensif. C’est mignon comme tout. Quelques secondes plus tard, le voilà avec un AK-47 dans les mains pour s’attaquer à un autre Pal. Thug Life.

Un dino avec un lance-missile

N’a-t-on jamais rêvé de chevaucher un dinosaure capable de sortir un lance-missile ? Palworld le permet…


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !