Des livres pour voyager au Japon par les mots : voici notre sélection littéraire sur ce thème, avec 4 beaux romans où la magie opère.

Le Japon, sa culture, ses cerisiers en fleurs : pour s’évader au pays du Soleil levant, la littérature est un véhicule à ne pas négliger. Certes, elle va parfois effriter des clichés, en faisant face à des réalités brutales. Mais elle montre aussi de la poésie et s’aventure aussi, souvent, sur des terres poétiques. Voici justement quatre romans à mettre dans votre valise cet été.

Et pour charger encore un peu plus la valise de vos vacances, vous pouvez aussi emporter, lors votre périple, des romans de science-fiction et de fantasy.

En même temps, toute la terre et tout le ciel

Traduction de Sarah Tardy // Source : 10-18
Traduction de Sarah Tardy // Source : 10-18

Un sac en plastique échoué sur une baie appelée Désolation, sur une côte canadienne. À l’intérieur, le journal intime d’une lycéenne japonaise, mais aussi une montre ancienne. Quand elle fait cette découverte, Ruth, écrivaine en panne d’inspiration, se prend d’une fascination sans bornes pour le récit narré dans ce journal. Ce qui est d’autant plus troublant, c’est que la lycéenne, Nao, s’adresse directement à son lecteur ou sa lectrice.

C’est dans un bar, à Tokyo, que Nao a écrit ses mots. Elle y raconte son quotidien de lycéenne harcelée et martyrisée, de fille d’un père qui cherche sur Internet des tutoriels pour se suicider. Mais elle narre aussi la vie de sa grand-mère, une nonne zen déjà centenaire.

Ruth se persuade peu à peu qu’il y a un lien entre sa lecture du journal et le déroulé des événements. Comme si passé, présent, futur se mélangeaient.

En alternant entre le journal intime de Nao et la lecture qu’en fait Ruth, En même temps, toute la terre et tout le ciel est un roman aussi trépidant qu’intime. Aux scènes parfois d’une extrême cruauté dans le quotidien de Nao, on y trouve aussi une forme de tendresse, car un espoir qui se construit au fil des pages. Lecture saisissante, le roman de Ruth Ozeki est d’une intensité constante sans jamais quitter une forme de douceur. On en ressort étourdis par ce tumulte, et marqué par humanité.

En même temps, toute la terre et tout le ciel, Ruth Ozeki, trad. Sarah Tardy, 600 p., Éditions 10-18

Ikiro

Source : Aux Forges de Vulcain
Source : Aux Forges de Vulcain

« Tout autour, les branches sont alourdies. Dans la pénombre, elles lui paraissent presque immobiles, elles se laissent à peine bercer par le vent. Il se dégage une infinie douceur. »

Oui, il se dégage une infinie douceur d’Ikiro, le roman passionné de Benoît-Marie Lecoin. Car au beau milieu des cerisiers en fleurs — comme le représente si bien la couverture –, Ikiro est une histoire d’amour qui défie le temps et l’espace. C’est un roman aux effluves fleuries, teinté d’une poésie éthérée, à l’atmosphère sereine, porté par une vraie affection pour le Japon. Et il a cela de romantique que l’existence même semble plus que jamais reliée à l’amour.

Ikiro, Benoît-Marie Lecoin, 176 p., Aux Forges de Vulcain

Le voyage sur les mers du prince Takaoka

Traduction de Patrick Honnoré // Source : Actes Sud
Traduction de Patrick Honnoré // Source : Actes Sud

Le prince japonais Takaoka Shinnon a réellement existé. Né au 8e siècle, il est le troisième fils de l’empereur Heizei. Alors qu’il est fait prince héritier en 809, il est destitué l’année suivante. Quelques décennies plus tard, il entreprend un voyage vers la Chine, puis vers l’Inde.

C’est de cet épisode que s’inspire Tatsuhiko Shibusawa pour Le voyage sur les mers du prince Takaoka. Et dans ce périple, l’auteur ajoute cependant nombre de touches fantastiques, voire mythologiques, faites de créatures et de phénomènes mystérieux. Un livre court, qui mélange histoire et imaginaire.

« Si le monde n’est qu’illusion, alors il y a plus de sagesse à conduire sa vie sur les fictions de ses rêves qu’à les refuser comme vanités », écrit Patrick Honnoré, le traducteur, dans son avant-propos.

Le voyage sur les mers du prince Takaoka, Tatsuhiko Shibusawa, trad. Patrick Honnoré, 240 p., Actes Sud

Vent blanc, noir cavalier

Traduit par Francis Guèvremont // Source : Aux Forges de Vulcan
Traduit par Francis Guèvremont // Source : Aux Forges de Vulcan

Matari est en cavale. Son mari, qui n’est autre que le Seigneur Arishi, a lancé ses hommes à sa poursuite. Marchant dans la neige hivernale, défiant les débuts d’une tempête glaciale, les chemins des montagnes la mènent finalement à un ancien temple. Elle y est recueillie par Oboko, moine bouddhiste, poète, et Izzi, aussi poète de cour. Il s’ensuit un huit-clos où amour, humour et philosophie se côtoient, à l’époque japonaise des samouraïs.

Luke Rhinehart est un écrivain fulgurant. On lui doit notamment L’homme-dé, roman culte où un psychiatre joue tous ses choix aux dés. Vent blanc, noir cavalier est un ouvrage peu commun, mais maîtrisé : Luke Rhinehart projette habilement des scènes aux allures cinématographiques.

Vent blanc, noir cavalier, Luke Rhinehart, trad. Francis Guèvremont, 272 p., Aux Forges de Vulcain

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.