Véritable hommage aux vieux Resident Evil, Signalis est un bijou du survival-horror. Il a été développé par deux personnes, pendant huit ans. On vous le recommande.

Pour une production qui se réclame du genre horreur, Signalis est un jeu qui fait du bien — paradoxalement. Il doit ce constat au calendrier de ces dernières années : pour frissonner, les amatrices et amateurs n’ont que des remakes à se mettre sous la dent. Et ce sera encore le cas dans le futur, avec les arrivées de Dead Space, Resident Evil 4 et Silent Hill 2. En étant 100 % inédit, Signalis part avec un bel atout dans sa besace.

Dans Signalis, on incarne Elster, dont l’objectif est simple : retrouver sa camarade de voyage, après le crash de son vaisseau sur une planète inconnue. Ce pitch masque en réalité tout un univers dystopique promis aux générations futures, sous fond de conquête spatiale. L’héroïne, synthétique mais « consciente », est attachée aux basses besognes, au service d’une société tyrannique dont l’orgueil engloutit tout comme un ogre. Elster va l’apprendre à ses dépens en inspectant les environs, gangrénés par des androïdes qui ne fonctionnent plus vraiment comme prévu. Très souvent, Signalis est étrange.

Signalis // Source : rose-engine
Oui, c’est un jeu de 2022 // Source : rose-engine

Signalis est un bijou du survival-horror

Disponibilité

Signalis est disponible depuis le 27 octobre sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et PC. Bonne nouvelle : il est dans le Xbox Game Pass.

Autant le dire tout de suite, Signalis n’est pas un jeu qui fait peur au sens strict du terme. Il sait en revanche être angoissant, déroulant son ambiance cryptique et délétère à mesure qu’Elster s’engouffre un peu plus dans les mystères et les ténèbres. Les développeurs souhaitent rendre hommage aux monuments que sont les anciens Resident Evil et Silent Hill. Les zombies et autres créatures sont simplement remplacés par des robots dysfonctionnels, tout autant capables de ramper et de saisir par des cris perçants (gros travail sur le design sonore). Ils sont même en mesure de se relever, si on ne prend pas la peine de faire disparaître leur corps une bonne fois pour toutes. Un élément qui ne cessera de vous surprendre.

Signalis ne ressemble vraiment à aucun autre jeu vidéo

Pour instiller un sentiment de malaise chez celle ou celui qui osera se lancer dans l’aventure, Signalis s’appuie sur sa partie graphique volontairement fauchée. Le rendu pixelisé confère un charme macabre aux environnements pour la plupart plongé dans le noir. La patte de couleurs ne s’autorise aucune fantaisie, et on retrouve plusieurs iconographies des régimes totalitaires (vous aimez le rouge ?). Il y a même des inscriptions dans la langue allemande (les deux développeurs vivent à Hambourg), ce qui paraît à propos par rapport à l’Histoire avec un grand H. Grâce à tous ces éléments, Signalis ne ressemble vraiment à aucun autre jeu vidéo, malgré des inspirations évidentes (les mangas de SF, notamment).

Signalis // Source : rose-engine
L’inventaire est un cauchemar, comme le jeu // Source : rose-engine

Dans Signalis, la caméra est fixe — sauf lors de rares passages en vue immersive. En résulte un gameplay très old-school, qui rappelle les très vieux Resident Evil (ouf, on peut tirer en bougeant). Le point de comparaison vaut aussi pour la visée, semi-automatisée (et pas toujours précise), et la gestion méticuleuse des ressources. Ainsi, vous ne trouverez pas des munitions à tous les coins de rue, et la fuite, plutôt que l’affrontement, sera parfois à privilégier pour faire quelques économies. C’est d’autant plus vrai que l’inventaire impose des limites en matière d’ergonomie : découpé en six petites cases, il demande une gymnastique particulière dans sa gestion. Il implique surtout de multiples allers et retours entre lui et le coffre disponible près des points de sauvegarde. Signalis est vraiment une expérience à l’ancienne et, par conséquent, ne plaira pas à celles et ceux biberonnés à l’accessibilité et à la fluidité.

Signalis // Source : rose-engine
Un exemple d’énigme // Source : rose-engine

Plus que dans l’action, et même dans l’exploration (les niveaux ne sont pas très grands), c’est dans les énigmes que Signalis brille. Si certaines ne consistent qu’à dénicher des clés en fouillant des décors, d’autres se révèlent bien plus complexes et satisfaisantes. Leur solution passe généralement par un bon sens de l’observation, une petite dose de réflexion et la bonne connaissance de certains indices trouvés çà et là (astuce : lisez tout ce que vous pouvez lire, et n’hésitez pas à prendre quelques photos). On finira même par débloquer une radio, dont la fréquence, réglable, permet de résoudre certains puzzles. C’est très malin, bien qu’un peu sous-exploité. Pour une production indépendante, c’est globalement très réussi.

Le verdict

Développé par deux personnes pendant 8 ans et demi, Signalis est un véritable petit bijou. Hommage aux vieilles gloires du genre survival-horror, il s’avance avec son univers à lui, son gameplay à l’ancienne et ses mystères cryptiques. L’aventure est plus que satisfaisante, en dépit d’une ergonomie volontairement datée qui peut rebuter.

Signalis est surtout une expérience qui fait énormément de bien à une catégorie de jeux qui survit tant bien que mal avec sa volée de remakes. Énigmes, action, ambiance oppressante : tout est là pour les sensations fortes, sans que Signalis ne soit obligé de miser sur la peur pour convaincre.

 


Aidez-nous à construire l’avenir de Numerama en répondant à cette enquête !