YouTube a décidé de retirer plusieurs vidéos mises en ligne sur la chaîne du président brésilien Jair Bolsonaro. La plateforme explique qu'elles contenaient des informations erronées sur le coronavirus.

Donald Trump n’a pas été le seul président en exercice à se frotter à la modération de YouTube. Beaucoup plus au sud du continent, un autre chef d’État a lui aussi été privé de certaines vidéos publiées sur sa chaîne officielle. Il s’agit de Jair Bolsonaro, cet ancien capitaine de l’armée qui a embrassé par la suite une carrière politique. Elle l’a emmené jusqu’au pouvoir au Brésil, en janvier 2019.

La BBC rapporte dans son édition du 22 juillet 2021 que la plateforme américaine a enlevé plusieurs vidéos parues sur le compte du président brésilien. Cité par la chaîne britannique, le journal O Globo indique que la modération a retiré pas moins de quinze publications, en expliquant l’avoir fait parce qu’elles véhiculaient des informations erronées sur la crise sanitaire et les moyens de lutter contre le coronavirus.

Jair Bolsonaro YT
La page d’accueil de la chaîne YouTube de Jair Bolsonaro.

Les vidéos en cause ne mettent pas nécessairement en scène Jair Bolsonaro : dans les deux exemples donnés, ce sont d’autres personnes qui sont à l’écran. La première est un ancien ministre de la santé sous la présidence Bolsonaro qui a comparé le Covid-19 au Sida. Dans la seconde, c’est un médecin plaidant pour l’hydroxychloroquine, un traitement qui n’a pas démontré son efficacité face au coronavirus.

Ce n’est pas la première fois que Jair Bolsonaro se heurte aux règles des plateformes numériques. En 2020, des vidéos avaient déjà été retirées, sur Twitter et Facebook cette fois. Le chef de l’État avait traité avec condescendance les recommandations sanitaires, notamment en matière de distanciation physique pour éviter une trop forte propagation du virus.

Le fait est que la gestion de crise par le gouvernement de Jair Bolsonaro est hautement controversée. L’intéressé s’est aliéné de nombreux responsables du corps médical brésilien et a suscité beaucoup de ressentiment au sein de la population. Le pays est aujourd’hui l’un des plus touchés par la pandémie. On dénombre plus de 545 000 morts dans le pays, 722 000 malades et près de 19,5 millions de personnes qui ont été infectées.

Des règles ajustées au fil de la pandémie

Les plateformes comme YouTube, Twitter et Facebook ont, au fil de la pandémie, ajusté leurs conditions d’utilisation à plusieurs reprises, pour mettre en garde leurs utilisateurs face aux contenus et aux propos qui s’écartent des recommandations des autorités reconnues en matière de santé publique. L’effectivité de ces règles et leur bonne application sont toujours discutées.

À titre d’exemple, dès février 2020, la plateforme a mis en place des consignes à propos de la monétisation des vidéos traitant du coronavirus. Quelques mois plus tard, elle a aussi privilégié l’information issue de sources reconnues. Elle communique également de temps à autre sur ses efforts en matière de retraits de vidéos litigieuses, même si des ratés sont régulièrement documentés.

YouTube est une plateforme qui sert aussi à diffuser de la désinformation, phénomène que la plateforme tente d’endiguer. // Source : Kon Karampelas / Unplash

Avant Jair Bolsonaro, Donald Trump a lui aussi été confronté à la modération des géants du net. Twitter et Facebook sont par exemple intervenus pour masquer une comparaison qu’il avait faite entre le coronavirus et la grippe, en 2020. Il a également été modéré par YouTube sur un tout autre sujet, celui de la désinformation autour du déroulement de l’élection aux États-Unis. D’autres mesures ont suivi ensuite.

La chaîne de Jair Bolsonaro a été lancée en juin 2009 et compte aujourd’hui plus de 3,44 millions d’abonnés. Elle a accumulé plus de 240 millions de vues et compte des centaines de vidéos. Elle comporte encore de nombreuses vidéos relatives au coronavirus et à la gestion de la crise sanitaire au brésil, le mettant en scène ou donnant la parole à divers intervenants.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo