La plus haute juridiction turque considère que le blocage de l'accès à Wikipédia est une violation du droit à la liberté d'expression. L'encyclopédie subit une censure depuis plus de deux ans.

C’est une victoire judiciaire capitale pour les internautes turcs. Dans un message publié sur Twitter le 26 décembre, la MSLA (Media and Law Studies Association), une ONG turque à but non lucratif fondée en 2017 et dédiée à la défense de la démocratie et des droits de l’Homme, annonce que la Cour constitutionnelle turque a jugé que le blocage de l’accès à Wikipédia est illicite.

Précisément, il s’agit d’une violation du droit à la liberté d’expression. En conséquence, la juridiction responsable du contrôle de constitutionnalité ordonne au tribunal de première instance qui avait prononcé ce jugement de réexaminer sa décision à la lumière de son avis. Cela devrait déboucher à une levée effective du blocage d’ici 24 heures, selon un avocat cité par Reuters, qui avait saisi la cour.

Wikipédia subit un blocage depuis plus de deux ans Turquie.

Deux ans et demi de blocage

Le blocage de Wikipédia remonte au printemps 2017, à cause d’un désaccord entre les autorités et la fondation Wikimédia sur le contenu de l’encyclopédie en ligne. En effet, Ankara n’apprécie pas le maintien d’articles qui suggèrent que l’État turc est complaisant voire coopère avec des organisations terroristes. Depuis cette date, les internautes turcs n’ont pas d’autres choix que de recourir à un VPN.

Wikimédia n’était pas restée inactive pour tenter de renverser la vapeur. En mai, elle avait déposé plainte devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Elle avait aussi reçu le soutien de la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe fin novembre, qui a qualifié les pratiques administratives et judiciaires turques  « d’inacceptables dans une société démocratique » et « d’incompatibles » avec le droit européen.

Il faudra certainement attendre quelques heures avant de constater la levée du blocage, dans la mesure où la décision de la Cour constitutionnelle doit maintenant être notifiée à l’autorité de régulation des télécommunications. Le site Turkey Blocks, qui se consacre au suivi des restrictions d’accès en Turquie n’a, à l’heure de publication de cet article, pas fait mention d’un quelconque changement.

Partager sur les réseaux sociaux