[Enquête Numerama] En 2013, les premières révélations de dopage à l’Adderall dans l’esport éclataient aux États-Unis. Depuis, le dopage continue de progresser dans les compétitions, y compris en France. Sur Call of Duty, on entretient ce secret de polichinelle.

On aurait dû le voir venir. À force d’être comparé aux sports traditionnels, l’esport a fini par en adopter les vices. Sur la scène esportive de Call of Duty, le célèbre jeu de tir à la première personne, le dopage est devenu monnaie courante. Les joueurs américains l’abordent même parfois presque sans tabou durant leurs diffusions de jeu en ligne. Ce dopage porte un nom : l’Adderall.

Mélange de quatre sels d’amphétamine, ce médicament est utilisé aux États-Unis pour soigner les troubles de l’attention. En France et en Europe, il est interdit à la commercialisation, considéré comme un stupéfiant. Alors, forcément, quand on demande si le dopage existe chez les équipes européennes, les joueurs s’empressent de répondre par la négative. Deux professionnels français ont cependant accepté de briser l’omerta, dont l’un a accepté de parler en exclusivité à Numerama.

Call of Duty : Advanced Warfare Story Trailer |

Le phénomène esport, source de nouvelles convoitises

Selon une étude datée de septembre 2018 de l’association France Esports, plus de cinq millions des Français auraient déjà regardé des compétitions de sport électronique. Deux millions le pratiqueraient même, pour le plaisir ou lors de compétitions en amateur. Et plus qu’un loisir généralisé, le jeu vidéo est aussi devenu un spectacle. Désormais, on regarde les autres jouer. Et ce, non plus dans des chambres d’adolescents, mais en prenant place dans des stades remplis, à travers des shows — presque — dignes d’un Super Bowl américain, comme l’a montré la récente Coupe du monde de Fortnite.

Nécessairement, les stars de ce divertissement, qui brillent devant des centaines de milliers de spectateurs, ont acquis un statut de professionnel. Les e-athlètes, comme on les appelle parfois, se voient attribués des emplois du temps de sportif, une surveillance sur leur hygiène de vie et des objectifs de victoire semblables à leurs homologues du football ou du cyclisme. Durant des heures et des heures, les joueurs s’acharnent pendant des entraînements journaliers, à base d’analyse de jeu et de préparation aux compétitions. Les cashprizes (les sommes remportées lors des tournois) n’ont cessé d’augmenter, jusqu’à atteindre, sur la compétition Call of Duty, les six millions de dollars rien que pour la saison dernière. Un phénomène qui aurait eu comme conséquence de pousser les joueurs à vouloir décupler artificiellement leurs compétences.

« Désormais, les exceptions, ce sont les joueurs qui ne se dopent pas »

C’est en tout cas l’hypothèse de Zack Nani, une figure très connue parmi les amateurs de Call of Duty. Après avoir écumé les tournois européens durant toute son adolescence, il a décidé à 20 ans de changer de voie. Aujourd’hui, le jeune homme de 22 ans vient de finir ses études et se consacre exclusivement à sa chaîne YouTube, qui comptabilise près de 400.000 abonnés. Il est une des seules voix à oser dénoncer le dopage dans le milieu. Mais il dit comprendre pleinement le silence de ses anciens coéquipiers : «  Si tu parles en tant que joueur, t’es totalement grillé », confie-t-il à Numerama. Même si aucune étude chiffrée ne permet d’estimer l’ampleur de ce phénomène en France, il l’affirme : « Désormais, les exceptions, ce sont les joueurs qui ne se dopent pas ». Au cœur de cette pratique, un principal enjeu : la recherche d’une concentration optimale. Car, au plus haut niveau, et pour ces jeux où le réflexe et la précision sont des atouts essentiels, la concurrence est rude.

« Comme dans une bulle »

À l’origine, l’Adderall n’a pourtant rien d’un booster de performances vidéoludiques. Il est normalement prescrit aux personnes souffrant de TDAH (Troubles De l’Attention/Hyperactivité). À doses thérapeutiques, ce médicament sert à diminuer leurs symptômes, à savoir une difficulté de concentration, de la distractibilité et une agitation intérieure… Chez un individu sans pathologie, il est connu pour augmenter les capacités d’attention et empêcher la somnolence. Une assertion pas tout à fait, vraie selon le docteur Sébastien Weibbel, que nous avons interrogé : «  Contrairement à l’idée habituelle qu’on se fait des ‘smart drugs’, cela va avoir des effets négatifs sur l’aspect cognitif, comme la flexibilité mentale et le changement de stratégie ».

Un joueur // Source : schriever.af.mil / creative commons

Psychiatre au CHU de Strasbourg, il est spécialisé dans le traitement des TDAH. Même si l’Adderall n’est pas commercialisé en France, le Dr Weibel connait ses effets négatifs, quand ils sont pris sans recommandations d’un médecin. « À ces troubles cognitifs, on peut ajouter des symptômes d’anxiété ou de dépression, des problèmes cardiovasculaires, des maux de tête et, bien sûr, le risque potentiel de plonger dans le cercle vicieux du dopage, et l’escalade qui peut suivre  », énumère-t-il.

Le premier scandale public associé à l’Adderall n’a rien à voir avec l’esport — mais l’objectif derrière reste le même. L’affaire remonte à 2016 et concerne alors le milieu universitaire. En octobre de cette même année, le New York Times publie une série de témoignages d’étudiants portant sur leur prise régulière de ce médicament. Et tous tiennent le même discours. S’ils ont eu recours à la drogue, c’était pour eux aussi un moyen d’atteindre un niveau de concentration supérieur à la normale, en vue de réussir des périodes d’examen intenses.

« Quand tu redescends t’es un légume »

Mais déjà en 2016, alors que ces révélations provoquaient la polémique, dans l’ignorance générale, les joueurs professionnels se livraient à un dopage régulier. La première fois que Julien* a sauté le pas, c’était un an plus tôt, en 2015 : « Le but, c’était vraiment de pouvoir se concentrer entièrement et exclusivement sur une tâche, sur le jeu. » Le jeune Français est alors pro-gamer sur la série Call of Duty depuis plusieurs années. Au fil de sa carrière, il a évolué dans les meilleures équipes françaises et participé aux plus prestigieuses compétitions de sa discipline. Fort de son expérience du plus haut niveau, il corrobore auprès de Numerama les estimations de Zack Nani concernant la prise presque systématique de ce médicament, à hauteur de « 70 à 80 % des joueurs en France » selon lui. Des chiffres évidemment impossibles à vérifier.

Le jeune homme nous décrit l’expérience : le sentiment d’être enfermé, « comme dans une bulle », totalement hermétique au monde extérieur. « Sur le moment, t’es super bien, mais quand tu redescends t’es un légume. Et puis, tu oublies de manger, de dormir même, tant tu es concentré sur une seule tâche », décrit le jeune homme. À tel point que les accidents peuvent arriver.

« Ils avalent des pilules comme des Skittles »

Alors, pourquoi prendre de tels risques ? «  Je bois très rarement, je ne fume pas et je ne me drogue pas pourtant », juge nécessaire de préciser Julien. Mais il doit faire face à l’injustice de voir les Américains « avaler les pilules comme des Skittles », selon les mots de Zack Nani. Et gagner ainsi tous les tournois et les cashprizes faramineux à la clé. Si les joueurs de ce niveau accèdent à un salaire très raisonnable, ces sommes sont tout de même nécessaires pour s’assurer une sécurité financière future. Car le métier reste encore très instable, voire précaire. « On vient à peine d’avoir le droit juridiquement à un contrat à peu près viable, mais il suffit d’une blessure à la main, et notre carrière se termine », explique Julien.

Pour ces jeunes hommes qui n’ont parfois pas pu suivre des études en parallèle des compétitions, engranger le plus d’argent le plus vite possible parait être la meilleure des garanties. Si Julien reconnaît tout de même la supériorité des équipes américaines — même sans dopage —, il dénonce un effet psychologique indéniable : «  Quand tu les vois dans les coulisses se filer tranquillement des pilules sous tes yeux, il y a de quoi jouer sur le mental. » Et céder ainsi à l’appel du «  médicament magique ».

Une surmédication aux États-Unis

Les joueurs américains dominent depuis toujours la scène esportive de Call of Duty. « C’est la raison pour laquelle c’est un jeu sur lequel la prise de produits dopants est si développée, nous explique Zack Nani. Car l’ampleur du phénomène n’a rien à voir à ce que l’on peut voir sur d’autres compétitions, comme celle sur League of Legends ou Overwatch. Si le dopage est si fréquent, voire incontournable sur ce jeu, c’est que les États-Unis sont au centre de tout, à la fois comme lieu principal des compétitions — là où les autres jeux ont tendance à changer fréquemment de localisation — et comme dominateurs invincibles sur les tournois.

Cette situation facilite considérablement l’accès à l’Adderall. Car, dans le pays de l’oncle Sam, le rapport à ce « médicament » est très particulier. Les médecins n’hésitent pas à le prescrire en cas de suspicion de TDAH, une situation bien plus fréquente que dans n’importe quelle autre région du monde. Dès 2011, l’agence gouvernementale Centers for Disease Control and Prevention estimait ainsi que près d’un enfant sur dix était reconnu comme souffrant de troubles de l’attention. Des diagnostics jugés très complaisants par certains, favorisant une surmédication au profit des lobbys pharmaceutiques. Mais aussi l’accès à l’Adderall pour les joueurs.

Des pilules d’Adderall // Source : Wikimedia/Benjamin Vincent Kasapoglu

C’est sans surprise dans ce pays que l’utilisation de ce médicament pour l’esport trouve son origine. En 2013, le joueur américain de Call of Duty Clayster révèle prendre quotidiennement des pilules d’Adderall pour soigner son TDAH, et ce, depuis ses huit ans. Cette annonce intervient en réponse à des accusations de triche formulées peu de temps avant par une équipe adverse. Et, selon Zack et Julien, l’effet est immédiat. Une grande partie des équipes américaines commencent à se fournir en produits dopants. «  Les Français ont flanché à la fin de l’année 2015, quand ils ont vu qu’ils ne pouvaient plus rivaliser », explique Zack.

Il est impossible de s’en procurer légalement en France, l’Adderall étant considéré comme un stupéfiant. Le droit commun prévoit d’ailleurs une sanction pénale à hauteur d’un an de prison et de 3 750 euros d’amende pour l’usage de drogue hallucinogène et de psychostimulants (selon le Code de la santé publique). Les Européens visitent donc parfois des sites internet pour en commander. D’autres fois, ils profiteraient d’un trafic initié et alimenté par les joueurs américains. «  Ils arrivent avec des valises pleines de pilules », confie Zack. « C’est un vrai business ! s’exclame de son côté Julien. Ils vendent les produits achetés deux dollars dix fois plus cher que leur prix initial. »

La stratégie de l’autruche d’Activision

L’éditeur du jeu Activision et organisateur de tous les tournois professionnels Call of Duty ne s’est jamais exprimé sur l’existence de dopage dans ses compétitions. Contactée par Numerama, l’entreprise a d’ailleurs indiqué ne pas vouloir faire de commentaire. « Je pense que la situation leur convient très bien, avance même Julien. Ça leur permet de vendre plus de jeux, ce qui est leur objectif premier. »

En France, rien n’oblige les organisateurs à mettre en place des contrôles antidopage pour les compétitions d’esport, tout simplement parce qu’elles ne sont pas (encore ?) considérées comme du sport par le droit français. Pourtant d’autres organisateurs de tournois ont pris l’initiative d’en mettre en place occasionnellement. C’est le cas de l’Electronic Sports League (ESL), responsable notamment du tournoi de Counter Strike : Global Offensive, dès 2015. « Notre objectif était surtout de structurer et professionnaliser le monde de l’esport, pour permettre à chacun de le pratiquer dans les meilleures conditions » nous explique Vincent Marty, directeur général de la filiale française d’ESL.

Un joueur // Source : pxhere/creative commons

Dans les tournois organisés par cette firme américaine, la recherche de produits dopants dans l’organisme des joueurs se cale sur le modèle utilisé dans l’athlétisme. Le contrôle intervient de manière aléatoire, aussi bien concernant les joueurs que les compétitions. « On recherche des traces de tous les neuroleptiques qui accélèrent les facultés d’analyse et de concentration, mais aussi les médications qui peuvent améliorer les réflexes  », affirme le directeur général.

Mais, pour un secteur aussi jeune, il est parfois difficile de mettre en place ce genre de dispositifs. « Quand on prépare des compétitions dans des lieux physiques, c’est déjà une organisation très lourde. Ce type de contrôle suppose un certain protocole juridique. Et puis, il y a toute une notion de confidentialité qui est mise en cause. On touche à la santé des joueurs », explique Vincent Marty.

Pourtant, d’autres ont suivi l’exemple, comme EA Games (qui organise les compétitions de FIFA) ou plus récemment encore Blizzard (pour Overwatch notamment). Activision reste l’une des dernières entreprises de cette ampleur dans l’industrie à n’avoir pas pris de précaution.

*Le prénom a été changé pour préserver l’anonymat de la personne.

À la demande de Zack Nani, une citation présente dans la version originale a été retirée. 

Partager sur les réseaux sociaux