Le gouvernement français avait tenté de promouvoir sur Twitter une campagne de sensibilisation au vote en vue des élections européennes. Mais le réseau social avait décidé de ne pas l'autoriser.

Le gouvernement a fini par obtenir gain de cause. Le 2 avril, l’AFP rapportait que Twitter n’avait pas autorisé l’une ses campagnes sponsorisées, qui avait pour objectif de pousser les citoyens à aller voter. Le réseau social a changé d’avis, est-il expliqué dans des tweets ce jeudi 4 avril.

Des campagnes sponsorisées interdites en France

La campagne en question s’appelle #OuiJeVote. Le gouvernement a voulu la mettre en avant sur Twitter grâce à la méthode de sponsoring que le réseau social propose. Cette méthode consiste à payer une certaine somme pour qu’un ou plusieurs tweets apparaisse en haut dans les résultats de recherche ou sur le fil d’actualité de nombreux utilisateurs, ciblés selon leurs centres d’intérêts ou des critères démographiques (nationalité, âge, etc).

L’application Twitter. // Source : www.quotecatalog.com

Twitter a refusé cette campagne. Comme on vous l’expliquait dans un article sur le sujet, cela n’a rien de vraiment étonnant. C’est en fait tout à fait conforme au règlement sur les publicités de la plateforme.

Ce règlement indique que les publicités pour les campagnes politiques sont interdites dans plusieurs pays : Chypre, la Lettonie, la Lituanie, la Hongrie, le Portugal et la France. Les campagnes politiques sont autorisées mais soumises à la validation de Twitter. Plusieurs critères déterminent leur recevabilité, comme le fait que la publication sponsorisée ne mette en avant aucun candidat ou parti politique en particulier. Enfin, les campagnes de sensibilisation sont autorisées… sauf en France.

Le gouvernement s’est insurgé contre la décision de Twitter. Il a expliqué à l’AFP qu’elle était liée à une interprétation erronée et excessive de la loi contre les fausses informations promulguée en France le 22 décembre 2018. Celle-ci contient un volet sur les réseaux sociaux, à qui il est demandé d’être en mesure de fournir des informations sur les annonceurs qui font des publications politiques sponsorisées (identité, montant dépensé, etc). Cela doit permette d’éviter les ingérences électorales.

Twitter change d’avis

Dans des tweets, Twitter France a finalement pris la parole sur le sujet. Il a rappelé que « promouvoir et protéger l’intégrité » des élections européennes de mai 2019 était une priorité pour lui. «  Il s’agit notamment d’encourager la participation des électeurs », est-il écrit.

Twitter raconte avoir considéré que #OuiJeVote entrait dans la catégorie des campagnes de sensibilisation, dont le sponsoring est interdit en France par la plateforme. « Après de nombreux échanges, nous avons décidé d’autoriser désormais les publicités encourageant la participation électorale », écrit le réseau social qui précise que cette mesure avait bien été prise en réaction à la loi sur la manipulation de l’information.

Mardi soir, des représentants du réseau social avaient discuté avec Cédric O, le nouveau secrétaire d’État au numérique, entré en fonction la veille.

Le revirement de Twitter survient-il un peu tard ? Peut-être… Comme l’a remarqué un confrère de NextInpact, la date limite pour s’inscrire sur les listes électorales et pouvoir voter aux élections européennes était fixée au 31 mars 2019. À défaut,#OuiJeVote pourra toujours encourager les inscrits à aller voter le jour-J.

Partager sur les réseaux sociaux