Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, aura une rentrée très politique : il va en effet devoir se rendre à une audition de la Chambre des Représentants pour discuter de la façon dont le service met en œuvre ses algorithmes et surveille les contenus.

C’est une audition qui ne devrait pas provoquer le même ramdam médiatique que celle e Mark Zuckerberg ce printemps, lorsque qu’il a dû répondre aux questions des sénateurs et des représentants américains. Néanmoins, l’échange qui s’annonce entre Jack Dorsey, le fondateur et PDG de Twitter, et un groupe d’élus devrait permettre d’éclaircir quelques zones d’ombre sur le fonctionnement du réseau social.

Le 5 septembre, la commission de l’énergie et du commerce de la Chambre de commerce des États-Unis accueillera le chef d’entreprise pour discuter de la façon dont la plateforme surveille les contenus et met en œuvre ses algorithmes. De l’autre côté de l’Atlantique, Twitter est régulièrement brocardé pour son rôle, involontaire, de caisse de résonance au profit de la désinformation et des contenus illicites.

« Lorsque des décisions concernant les données et le contenu sont prises en utilisant des processus opaques, le peuple américain a raison de faire part de sa préoccupation. Cette commission a l’intention de poser des questions difficiles sur la façon dont Twitter surveille et gère le contenu », lit-on dans un communiqué publié le 24 août, qui invite par ailleurs Jack Dorsey à la plus grande sincérité.

« Nous espérons que M. Dorsey sera franc et transparent en ce qui concerne les processus complexes qui se trouvent derrière les algorithmes de l’entreprise et les décisions sur le contenu », est-il ajouté. Cette audition survient dans un contexte particulier aux USA, avec les géants du net qui s’impliquent de plus en plus sur le dossier de la désinformation, et où d’importantes élections auront lieu début novembre.

Partager sur les réseaux sociaux