L'existence de fausses informations sur le net pousse les grandes entreprises américaines du numérique à mieux se coordonner.

Face à la propagation de la désinformation sur la toile, des actions coordonnées entre les poids lourds du numérique pour la résorber pourraient devenir monnaie courante. C’est ce que révèle un courrier confidentiel que BuzzFeed a pu consulter. Dans celui-ci est avancée l’idée d’une rencontre entre représentants des principaux services numériques américains pour discuter des opérations de propagande politique.

Cette synchronisation se constate en réalité déjà : elle a été observée à la fin du mois d’août, lorsque Facebook, Google et Twitter ont annoncé la fermeture de centaines de comptes et de profils accusés d’être impliqués dans une campagne d’influence dont les racines remonteraient jusqu’en Iran, dans un contexte géopolitique de regain de tension avec les États-Unis.

« Comme je l’ai mentionné à plusieurs d’entre vous au cours des dernières semaines, nous avons cherché à organiser la poursuite de notre conversation sur les opérations d’information, la protection des élections et le travail que nous faisons tous pour relever ces défis », écrit Nathaniel Gleicher, qui officie chez Facebook en tant que chef de la politique de cybersécurité.

La lettre est adressée à une douzaine d’entreprises, dont Google, Microsoft, Twitter et Snapchat. Elle propose de tenir une réunion dans les quartiers généraux de Twitter, à San Francisco, pour évoquer les mesures qui devraient être mises en place en amont et pendant les élections de mi-mandat aux USA. Celles-ci se déroulent le 6 novembre 2018.

Déjà en mai, une rencontre avait eu lieu chez Facebook. Neuf entreprises étaient présentes, ainsi que des représentants du département de la sécurité intérieure et du groupe de travail du FBI sur l’influence étrangère. Avant , des réunions sur le thème du terrorisme cette fois avaient rassemblé les poids lourds de la tech à la Maison Blanche (une rencontre similaire avait aussi eu lieu en France).

Partager sur les réseaux sociaux