Le groupe français Accor va construire plusieurs hôtels à Trojena. La future ville, qui doit comprendre la première station de ski d’Arabie saoudite, est très controversée, et l’implication d’entreprises françaises dans le projet est notable.

Est-ce une fusée ? Une soucoupe volante ? Non, c’est un hôtel. Plus précisément, il s’agit d’un futur hôtel Raffles, appartenant au groupe français Accor, qui doit être construit à Trojena, la station de ski polémique d’Arabie saoudite. La nouvelle a été annoncée le 19 février 2024 par un communiqué de presse, qui indique que « Raffles Trojena réimaginera l’hospitalité à flanc de montagne, offrant à ses hôtes un accès sans précédent à la découverte et à l’exploration de l’incomparable beauté de la région. »

Trojena n’est pas un projet anodin. Outre la démesure du projet, qui doit accueillir un lac artificiel, des hébergements de luxe et une « structure immergée dans l’eau », Trojena fait surtout polémique avec sa station de ski. Alors que le dérèglement climatique rend les écosystèmes de plus en plus fragiles, la construction d’une telle ville est très critiquée — et le fait que des entreprises françaises soient impliquées dans le projet mérite d’être soulevé.

Le futur hôtel Raffles qui doit être construit à Trojena // Source : Raffles / Neom
Le futur hôtel Raffles qui doit être construit à Trojena // Source : Raffles / Neom

Trojena, un projet démesuré qui doit être finalisé en 2026

Raffles est une marque d’hôtels spécialisée dans les établissements ultra-luxueux. Le Raffles de Trojena « présente un design unique et saisissant en forme d’anneau, offrant des vues panoramiques époustouflantes sur la destination environnante », se vante le communiqué de presse, et comprendra 105 chambres. Il précise aussi que l’ouverture de l’hôtel est prévue pour 2027, une date qui semble particulièrement optimiste.

Une représentation de ce à quoi le futur restaurant de l'hôtel doit ressembler // Source : Raffles / Neom
Une représentation de ce à quoi le futur restaurant de l’hôtel doit ressembler // Source : Raffles / Neom

En effet, Trojena n’existe pas encore. Une vidéo publiée en février 2024 montre que les travaux ont bel et bien commencé sur la zone, mais que le chantier est loin d’être terminé : l’excavation de la montagne est toujours en cours, et, bien qu’un premier bâtiment soit sorti de terre, il n’y a pas encore de route ou d’infrastructure à proprement parler.

Pour l’instant, les images du chantier sont loin de ce que les vidéos de présentation du projet montraient de la future ville. Elle doit pourtant accueillir des endroits futuristes, tels que The Vault, un « village futuriste vertical en forme de V », un lac artificiel, et une tour haute de 330 mètres. Malgré ces projets très ambitieux, Trojena estime que la ville « devrait être achevée et accueillir les visiteurs et les nouveaux résidents à la fin de l’année 2026 ». L’hôtel Raffles doit, lui, ouvrir ses portes en 2027.

« Dilemme moral »

Ce n’est pas le seul hôtel du groupe Accor prévu à Trojena : un établissement 25hours, une marque rachetée par le groupe, est également prévu, bien qu’aucune date d’ouverture n’ait été annoncée. Le fait que le groupe français ait prévu des hôtels dans la région est notable : Trojena fait partie de Neom, un vaste projet lancé par l’Arabie saoudite pour développer le tourisme et préparer l’ère post-pétrole.

Mais cette initiative, dont fait également partie The Line, est très controversée : des opposants au projet ont été condamnés à mort par l’Arabie saoudite. Peter Frankental, un des directeurs de l’ONG Amnesty International, estimait ainsi que les entreprises travaillant sur Neom faisaient face à un « dilemme moral » et qu’elles feraient mieux de « réfléchir à deux fois » avant de participer à ce projet.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !