L’entreprise américaine de commerce en ligne pourrait manquer de personnes à embaucher dans ses entrepôts d’ici 2024. Un mémo interne montre qu’il s’agit d’un véritable enjeu pour Amazon.

Amazon a beau avoir introduit le maximum de robots dans ses entrepôts, l’entreprise a encore besoin d’humains pour les faire tourner. Selon un document interne d’Amazon, relayé par le site Recode le 17 juin 2022, le géant américain du commerce en ligne pourrait bientôt manquer de travailleurs dans ses entrepôts.

La firme de Jeff Bezos croule sous les reproches, notamment car elle est accusée de mal traiter ses employés, d’avoir un impact néfaste sur l’environnement et l’écologie, de détruire des emplois, de vendre de la contrefaçon et de se débarrasser des objets invendus.

Vers une crise de main-d’œuvre chez Amazon

Une grande partie des employés du secteur logistique d’Amazon se plaignent des très mauvaises conditions de travail dans les entrepôts. En plus de salaires ridicules, d’une charge de travail excessive et d’un contexte dégradant où ils sont trackés, ils sont très mal protégés. Alors, en 2016, un article du Monde parlait des préparateurs de commande comme « les nouveaux mineurs », car leur rôle est de rassembler les différents produits d’un colis en courant dans tout l’entrepôt afin de pouvoir l’expédier dans les temps.

Amazon ne jouit donc déjà pas d’une image d’employeur modèle. Le rapport partagé via Recode confirme cela et montre qu’en moyenne, le salarié d’un entrepôt ne reste que huit mois chez Amazon, avant de quitter ou d’abandonner son poste : « Si nous poursuivons nos activités comme d’habitude, Amazon épuisera l’offre de main-d’œuvre disponible dans le réseau américain d’ici 2024 », cite le document. Il est clair que, si Amazon conserve les mêmes pratiques managériales habituelles, l’offre de main-d’œuvre disponible dans les États-Unis risque de fortement s’épuiser.

Certaines régions du pays pourraient même être touchées avant 2024. C’est le cas par exemple de l’Inland Empire en Californie, et de Phœnix en Arizona qui, comme l’indique le rapport, aurait déjà épuisé depuis fin 2021 « la totalité de leurs réserves d’employés ». Parmi les facteurs amenant à cette conclusion, plusieurs sont connus et semblent même assez logiques : un taux de chômage à des niveaux historiquement bas aux États-Unis, la crise sanitaire, ou encore la concurrence avec d’autres entreprises.

La main-d’œuvre d’Amazon, qui compte plus d’un million de personnes, est essentielle pour maintenir le système de vente en ligne et les livraisons pour les clients qui utilisent le service Amazon Prime.

Amazon France
Un entrepôt Amazon France // Source : Amazon France

Quelles solutions pour Amazon ?

Si la situation ne change pas, Amazon ne pourra bientôt plus continuer à assurer ses délais de livraison record. Plusieurs solutions seraient sur la table chez Amazon, par exemple :

  • Commencer par être plus efficace à l’embauche, et faciliter l’intégration des futurs et nouveaux employés.
  • La firme de Jeff Bezos pourrait également proposer une augmentation de salaire à ses employés et un système de fidélisation pour les plus anciens. Pour rappel, le PDG d’Amazon, Jeff Bezos ne souhaitait pas conserver trop longtemps ses employés, craignant probablement leurs revendications sur le long terme. Même si cela n’a toutefois jamais empêché la plateforme de commerce de se hisser au sommet et d’être le deuxième site de commerce privé sur le sol américain.

Quoi qu’il en soit, peut-être que ce rapport va finir par ouvrir les yeux à la firme de Jeff Bezos sur le problème des conditions de travail dégradantes.