Pour la deuxième année consécutive, si vous avez vendu des biens sur Vinted ou une autre plateforme de vente entre particuliers, vous devrez peut-être déclarer les recettes. En fonction de leurs montants, vous ne serez cependant pas nécessairement imposable.

Depuis quelques jours, sur Twitter, la panique gagne certains utilisateurs. La raison ? Le début de la campagne de déclaration des impôts, qui a créé la surprise chez de nombreuses personnes. « J’ai fait ma déclaration d’impôts. Sachez que Vinted déclare ce qu’on vend sur leur plate-forme », explique une utilisatrice sur le réseau social ; « c’est à partir de VINGT transactions que Vinted déclare les revenus aux impôts ? » s’interroge une autre. « Je viens d’apprendre [qu’à] partir de 8 articles vendus ou 200 euros au total de vente sur Vinted vous devez le déclarer aux impôts ». Beaucoup de chiffres différents circulent, et les questions sont nombreuses.

Que faut-il vraiment faire ? Numerama fait le point sur ce sujet particulier. Vous retrouverez toutes les bonnes pratiques pour déclarer vos revenus et comptes numériques dans ce guide complet.

Dans quels cas est-ce obligatoire ?

Beaucoup d’internautes se sont posé la question : faut-il vraiment déclarer les revenus gagnés sur Vinted ? La réponse est oui, pour la deuxième année consécutive. Vous n’avez cependant pas besoin de déclarer vos revenus sur la plateforme dans tous les cas. En effet, « une dispense de déclaration pour les plateformes est prévue pour les revenus issus de la vente de biens d’occasion entre particuliers », sauf si vous avez réalisé « plus de 3 000 euros de recettes ou plus de 20 transactions ». Concrètement, « si l’usager a dépassé chacun de ces 2 seuils (plus de 3 000 € et plus de 20 transactions), la plateforme doit déclarer les revenus à l’administration fiscale », explique le site des impôts.

Vinted n’est pas la seule plateforme de vente en ligne concernée. L’article 242 bis du Code général des Impôts, modifié par la loi du 23 octobre 2018, concerne, depuis 2020, «  les plateformes de mise en relation à distance, par voie électronique, des personnes en vue de la vente d’un bien, de la fourniture d’un service ou de l’échange ou du partage d’un bien ou d’un service ».

Vinted, qui fait partie de ce genre de plateforme, est donc tenue  :

  • De prévenir, à chaque transaction, « des obligations fiscales et sociales qui incombent aux personnes qui réalisent des transactions commerciales par son intermédiaire »,
  • de fournir aux personnes utilisant ses services, à chaque fin d’année, le récapitulatif des transactions effectuées au cours de l’année passée (c’est « ce récapitulatif qui leur permettra de compléter leur déclaration de revenus 2020, sous réserve bien entendu que les revenus en question soient à déclarer », explique le site des impôts),
  • et de fournir ces mêmes informations à l’administration fiscale.

Si vous avez un compte Vinted, vous avez donc dû recevoir par mail avant le 31 janvier 2021 un document récapitulant les transactions effectuées en 2020.

Le logo Vinted

Une différence entre particuliers et professionnels

Attention, cependant : déclaration n’est pas toujours synonyme d’imposition. La direction des impôts fait une distinction entre la vente de biens que « l’on ne veut plus conserver », et la vente de biens achetés dans le but exprès de les revendre.

Si vous avez vendu des biens dans le but de vous en débarrasser, vous ne serez pas imposés, sauf si la vente concerne des métaux précieux, ou si le montant de la plus-value est supérieur à 5 000 euros, (hors meubles, électroménagers ou automobiles, qui sont exonérés).

Si vous avez acheté des biens dans le but exprès de les revendre, la situation est différente : vous achetez une grande quantité de vêtements afin de les revendre pour un profit, les revenus sont donc imposables. Si vous êtes dans cette situation, en fonction du montant de vos recettes annuelles, vous devrez déclarer vos revenus selon plusieurs régimes fiscaux.

Partager sur les réseaux sociaux