Le coronavirus continue de faire tomber les salons comme des mouches. Début mai 2020, ce sont les organisateurs de la Paris Games Week et du Tokyo Game Show qui ont préféré renoncer à cause de la crise sanitaire.

2020, annus horribilis pour le jeu vidéo. Alors que doit arriver en fin d’année une nouvelle génération de consoles, avec la Xbox Series X et la PlayStation 5, les salons sont obligés de fermer les uns après les autres. Hier, c’était l’Electronic Entertainment Expo (E3), qui devait avoir lieu au mois de juin à Los Angeles. Aujourd’hui, ce sont la Paris Games Week et le Tokyo Game Show, qui devaient avoir lieu cet automne.

À chaque fois, le coupable de ces annulations est le même : le SARS-CoV-2. Du fait de la pandémie de coronavirus, de sa virulence et de l’absence de vaccin et de traitement efficace, les organisateurs de ces salons se trouvent dans l’impossibilité d’en assurer la bonne tenue tout en faisant respecter les indispensables règles d’hygiène, à commencer par la distanciation physique.

Ces salons, professionnels ou publics, drainent chaque année des dizaines de milliers et des centaines de milliers de personnes (66 000 pour l’E3, 300 000 pour le Tokyo Game Show et 317 000 pour la Paris Game Week). Dans ces circonstances, ils auraient été de terribles vecteurs de propagation de la maladie, entre participants, puis ensuite ailleurs dans le monde, au moment de rentrer chez soi.

Paris Games Week PGW // Source : Eric

Une occasion manquée pour promouvoir les nouvelles consoles

Pour Microsoft et Sony, c’est un coup dur car cela les prive d’une vitrine en amont de la sortie de la Xbox Series X et la PS5. S’ils n’ont pas forcément besoin de ces événements pour présenter leurs jeux et les capacités de ces nouvelles machines, ils ont leur intérêt pour séduire les journalistes, les influenceurs et le public, en leur permettant d’en avoir un aperçu avec des démos jouables.

L’E3 et le Tokyo Game Show envisagent de proposer, en alternative, des événements en ligne. De son côté, la Paris Games Week, qui s’adresse plutôt au public et ne constitue pas pour les éditeurs un salon pour faire des annonces, n’a rien annoncé de tel. Le Tokyo Game Show devait avoir lieu fin septembre, tandis que la Paris Games Week, qui devait fêter son dixième anniversaire en 2020, était prévu fin octobre.

Depuis le mois de février, tous les salons et les événements publics tombent comme des mouches. C’est le cas dans le domaine de la technologie et du divertissement numérique, à l’image du Mobile World Congress et de la Game Developers Conference. C’est aussi le cas dans d’autres secteurs, comme le salon automobile de Genève, le championnat d’Europe de football et même les Jeux olympiques d’été.

Partager sur les réseaux sociaux