Google doit se désengager davantage de Chine d'ici la fin de l'année. La production des smartphones Pixel va basculer au Vietnam, indique la presse japonaise.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Alors que la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis se poursuit, les autres pays asiatiques font face à une opportunité unique pour tire leur épingle du jeu. À cause des droits de douane sans cesse revus à la hausse pour les produits importés de l’Empire du Milieu, les entreprises sont poussées à aller voir ailleurs.

C’est typiquement le cas de Google. Le journal japonais Nikkei déclare dans son édition du 28 août que la firme de Mountain View organise son désengagement de la Chine, en tout cas pour sa gamme de smartphones Pixel. Seraient concernés le Pixel 3a, un excellent photophone déjà en vente, et le Pixel 4, qui devrait être annoncé en octobre. Les variantes de ces modèles partiraient également.

Le Pixel 3a, fer de lance de Google dans les smartphones. // Source : Léa Hamadi pour Numerama

Un départ vers le Vietnam

Le projet serait même plutôt à un stade avancé. Depuis cet été, raconte le quotidien nippon, Google s’active un partenaire pour adapter une ancienne usine utilisée par Nokia dans le nord du Vietnam. L’endroit est très pertinent : c’est aussi ici que Samsung a développé une chaîne d’approvisionnement pour ses smartphones il y a dix ans. Du coup, l’entreprise peut solliciter une force de travail expérimentée.

Déjà ce printemps, l’entreprise américaine avait déjà procédé à une petite retraite sur le plan industriel, en sollicitant d’autres lignes d’assemblage pour ses produits Nest — qui est sa filiale spécialisée dans la maison connectée, avec des thermostats, des caméras, des détecteurs de fumée ou des sonnettes. À l’époque, Taïwan était mentionné comme le point de chute du groupe.

Devanture d’une usine Foxconn, en Chine. Il s’agit de l’un des grands sous-traitants pour l’industrie de la tech. // Source : China Labor Watch

Google confronté à une double hausse

Ce faisant, Google espère limiter les effets de l’escalade qui se joue entre Washington et Pékin. Lorsque la production se déroule hors de Chine, les taxes reviennent à des taux normaux. C’est d’ailleurs le point sur lequel Apple a mis le doigt lorsque son PDG, Tim Cook, a rencontré Donald Trump, en août. Samsung est relativement épargné parce qu’il ne s’appuie pas trop sur la Chine, contrairement à… Apple.

À cette raison conjoncturelle s’ajoute un phénomène structurel moins visible : celui du coût du travail en Chine, qui augmente. Ce double mouvement a mécaniquement un impact sur la stratégie de Google, qui se retrouve à choisir entre le sacrifice de ses marges pour ne pas toucher au prix final de ses produits, et leur renchérissement, au risque de voir sa clientèle se tourner vers un concurrent.

Les sources de Nikkei suggèrent que le transfert d’une partie de la production du Pixel 3a au Vietnam doit survenir avant la fin de l’année, à une date indéterminée.

Partager sur les réseaux sociaux