Fondée en 2014 mais véritablement lancée en 2015, la banque mobile Revolut dit avoir atteint le seuil de la rentabilité à la fin de l'année 2017.

Avec l’essor du haut débit et des smartphones, les banques mobiles fleurissent et se développent : Orange Bank, par exemple, est sur le point de lancer une offre de crédit à la consommation en France. De son côté, N26, une banque allemande, a lancé fin 2017 une carte bancaire pensée pour les professionnels souvent en déplacement. Et aujourd’hui, c’est au tour de Revolut de faire parler de lui.

Pas en annonçant un nouveau service mais en affichant un bilan économique positif. Le groupe a en effet annoncé le 26 février avoir franchi le seuil de la rentabilité fin 2017, soit deux ans et demi après sa création. La société attribue le franchissement de cette étape clé à l’accroissement de sa clientèle mais aussi à une diversification des produits qu’elle propose.

Revolut, qui se contentait au départ d’une solution de paiement à l’international sans aucun frais, via un système de change intégré, a ajouté plusieurs cordes à son arc au fil du temps. Outre la conversion et l’envoi de devise en temps réel, la société a pris en charge des crypto-monnaies dans l’application et lancé une assurance internationale pour son smartphone, pour ne citer que deux exemples.

« Sur les 12 derniers mois, [nous avons] observé une croissance de 700 % de son volume de transactions mensuel, pour atteindre 1,5 milliard de dollars », fait savoir Revolut. Par ailleurs, l’autre levier qui a permis à la banque mobile de devenir rentable se situe sur son nombre d’utilisateurs, qui « a bondi de 50 % au cours des 2 derniers mois, à 1,5 million », affirme-t-elle.

Cette dynamique existe notamment en France : « le volume mensuel de transactions a augmenté de plus de 1 000 %, le nombre de clients de 440 % (220 000 utilisateurs), et le nombre de transactions mensuelles de 680 % », pour atteindre 750 000 mouvements par mois, détaille la startup spécialisée dans la finance.  Il y a un an, on ne comptait que 50 000 clients français et 110 000 transactions.

Servir pour les dépenses quotidiennes

Pour Revolut, le principal enjeu est de transformer la clientèle acquise au départ pour une utilisation très ponctuelle dans le temps — éviter de payer des frais bancaires en se rendant dans un autre pays qui utilise une autre devise — de façon à la fidéliser pour qu’elle passe par ses solutions pour ses dépenses quotidiennes plutôt que par sa banque et sa carte bancaire habituelles.

S’il est encore un peu tôt pour déterminer si ce pari est réussi, Revolut y travaille

Sur son 1,5 million de clients, 350 000 passent par l’outil pour des dépenses quotidiennes — donc tous les jours. Ça représente un peu plus d’un usager sur quatre. Et par mois, on compte même 800 000 clients actifs, soit un peu plus d’un utilisateur sur deux. Mais cette statistique n’est guère parlante, car elle peut réunir aussi bien des personnes qui lancent l’appli une fois par mois que celles l’activant tous les trois ou quatre jours.

Partager sur les réseaux sociaux