Un rapport dressé par le cabinet McKinsey & Company estime que 800 millions de travailleurs perdront leur emploi d'ici 2030, en raison de l'automatisation. Un cinquième de la population active sera affectée par la démocratisation des robots.

Votre travail est-il menacé par les robots ? Voilà qui est fort probable, estime le cabinet de conseil McKinsey & Company dans un rapport publié fin novembre 2017. Intitulé « Job lost, job gained : workforce transitions in time of automation » (« Emplois perdus, emplois gagnés : les transitions de la main d’œuvre à l’heure de l’automatisation »), ce document prédit que 800 millions de travailleurs perdront leur emploi dans le monde d’ici 2030.

À qui la faute ? Aux robots. Selon cette étude, menée dans 46 pays et sur 800 professions différentes, un cinquième de la population active mondiale sera affectée par l’automatisation du travail.

Un cinquième de la population active

De quoi alimenter les débats éminemment politiques ouverts dès à présent sur la façon dont ces nouvelles technologies vont influencer notre avenir, ainsi que les relations entre êtres humains et machines.

Le rapport se penche sur les futures évolutions de la main d’œuvre dans quelques pays : un tiers des travailleurs de l’Allemagne et des États-Unis pourrait se retrouver obligée de devoir changer de profession à cause de l’automatisation. Les pays investissant le moins dans l’automatisation seront logiquement moins touchés par cette tendance.

CC Flickr Chris Isherwood

Les médecins et enseignants préservés

À titre d’exemple, seul 9 % des emplois en Inde seront remplacés par les robots. Le cabinet dresse la liste de plusieurs secteurs d’activité dans lesquels la part de l’automatisation devrait aller en s’accroissant, et diminuer celle des humains : les courtiers en hypothèques, les assistants juridiques, les comptables et le personnel administratif devraient en faire partie.

Les métiers impliquant une interaction humaine devraient quant à eux être préservés de cette invasion robotique, prédit McKinsey & Company — cela concerne notamment les médecins, les avocats, les enseignants et les barmen.

« L’automatisation n’est pas un phénomène nouveau, et les craintes autour de la manière dont elle va transformer le travail remontent à des siècles, bien avant la révolution industrielle des dix-huitième et dix-neuvième siècles », souligne le cabinet pour nuancer les prédictions de ce rapport.

Partager sur les réseaux sociaux