Le nouveau flagship de Google contient une petite surprise de taille pour les amateurs de photographie : une puce spécialement conçue à cet effet. Mais elle n'est pas encore active.

Le Google Pixel 2 n’avait pas encore livré tous ses secrets, alors qu’il a déjà convaincu nombre d’observateurs, nous y compris.

Ainsi, comme le décrit le concurrent d’Apple, le flagship du géant américain revendique un SoC additionnel baptisé Pixel Visual Core, conçu par Google et qui ne sera activé qu’avec la mise à jour Android 8.1.

À quoi servira-t-il ? À améliorer encore plus le capteur photo du Pixel 2, pourtant déjà bien loti sur ce point, avec un traitement HDR+ de grande qualité.

Intégration software/hardware

En plus de son Snapdragon 835, le Google Pixel 2 est donc équipé d’un coprocesseur dédié à des tâches annexes, comme photographiques. Il se compose de huit cœurs IPU (Image Processing Unit) et peut réaliser jusqu’à trois billions d’opérations chaque seconde.

Google a imaginé ce SoC pour qu’il délivre un maximum de performance avec le moins de consommation possible. Et, plus concrètement, pour que le Pixel 2 donne le meilleur de lui-même avec la technologie HDR+, autorisant des photos plus lumineuses, contrastées et détaillées.

Le Pixel Visual Core sert donc à améliorer le traitement HDR+, en le rendant plus rapide et plus efficace. Dans les faits, Google note que le processing HDR+ sera cinq fois plus rapide et consommera beaucoup moins qu’avec le processeur principal. Bien évidemment, c’est l’intégration parfaite du couple software/hardware qui permet aussi d’arriver à de telles performances. «  Offrir plus de contrôle au software permet au hardware d’être plus efficient  » explique le géant américain, qui ouvrira l’accès aux développeurs avec Android Oreo 8.1.

Google précise en outre que le Pixel Visual Core, programmable, ne servira pas uniquement au HDR+ et entend bien étendre son champ d’applications à d’autres usages, promettant un Pixel «  qui va continuellement s’améliorer  ». Le propre d’un vrai flagship.

Partager sur les réseaux sociaux