D'accord, parfois, les néons peuvent donner un petit côté cool à un objet tech. Mais qu'ils riment forcément avec les produits haut de gamme que nous affectionnons nous chagrine. Heureusement, le marché évolue.

Cela sonnera comme une rengaine si vous lisez souvent Numerama, mais si vous nous découvrez avec cet article, sachez que nous n’avons pas un grand amour pour « « « « « l’esthétique » » » » » gamer faite de bords tranchants, de logos agressifs et clinquants et de néons à ne plus en finir.  Et il semblerait que nous ne soyons pas les seuls : cette année, les constructeurs semblent avoir compris que le joueur et la joueuse n’étaient pas que des stéréotypes d’eux-mêmes.

Coucou, je suis un gamer

À l’IFA, Acer nous a par exemple présenté une brute d’ordinateur complètement surdimensionné, pouvant accueillir 4 GPU, qui respecte tout à fait les codes du kitsch de l’informatique : néons partout, éclairage réglable, vitres pour voir les composants s’animer, lumières à l’avant et à l’arrière et, bien entendu, le look d’un vaisseau spatial qui pourrait passer crème dans une fan fic étudiante d’Alien.

Mais le constructeur a également proposé une version de son écran Predator que nous vous avons présentée un peu plus tôt, réunissant tout ce qu’un joueur exigeant peut attendre en 2017 : 35 pouces, 200 Hz, UWQHD, G-Sync. Une sortie qui colle avec une demande certaine : les ventes d’écran « gamer » haut de gamme ont augmenté de 103 % pour Acer l’an passé. Il est temps de faire mûrir ce marché.

Côté X35, nous avons pu approcher la bête sur le salon et il faut reconnaître qu’elle ne présente, de face, aucun signe ostentatoire de gaming. On se retrouve devant un écran aux lignes épurées, avec un trépied argenté très discret. L’écran lui-même, bien entendu, est magnifique, mais il ne risque pas de défigurer votre intérieur avec ses bords ultra-fins (qui vous permettront d’en utiliser jusqu’à 3 côte à côte….). Sur la face avant, il n’y a plus que le petit logo Predator qui vous rangera directement dans la catégorie geek sans élégance, mais il peut se faire assez discret — Acer ne l’a pas entouré de néons, par exemple. Acer, si tu nous lis, ce n’est pas une recommandation.


Au dos, le constructeur n’a pas abandonné ses travers et nous ressort une machine de guerre au look agressif, mais qu’importe : cette partie-là devrait être face à un mur. Et les murs ne vous jugent pas.

Bref, tout va dans la bonne direction : on passe petit à petit d’un marché où les composants les plus haut de gamme pour joueurs n’avaient qu’un design très marqué à un marché où ces engins continuent d’exister, mais cohabitent désormais avec des objets tout aussi excitants et bien plus sobres. On aime avoir le choix.

Partager sur les réseaux sociaux