Les résultats dévoilés hier par Twitter à ses investisseurs ont mis en évidence une stagnation grave des inscriptions sur le réseau social, ainsi que des revenus publicitaires décevants. Le réseau réplique avec une version premium de son service qui, pour 99 $, vous assure de vous faire connaître des twittos.

Twitter cherchait un moyen de faire payer ses utilisateurs. La publicité ne suffisant pas à restaurer une stabilité financière à l’entreprise, cette dernière explorait divers modèle d’abonnements.

Il a été par exemple question d’un abonnement pro à TweetDeck pour une vingtaine de dollars par moi. Aujourd’hui, c’est une toute autre nouvelle que le réseau social a dévoilé : son abonnement, onéreux et en cours de test, vous permettra de gagner en influence sur le réseau.

Twitter / Atsushi Nakamichi

À la manière des tweets sponsorisés dont l’audience est grossie par Twitter, les tweets des comptes sponsorisés seront diffusés à travers le réseau social. Le processus sera automatisé selon l’entreprise et fournira des analyses fines des personnes touchées.

Un abonnement pour professionnels ?

Le réseau social explique que cet abonnement s’adresse à toutes les personnes intéressées par leur influence sur le réseau et qui cherchent à toucher plus d’utilisateurs. On imagine que certains professionnels pourraient y trouver leur compte puisque l’abonnement à 99 $ par mois remplace favorablement les publications sponsorisées, également payantes.

Les inscriptions au service ont été ouvertes ce vendredi et seront réservées aux premiers inscrits. Ils bénéficieront d’un mois gratuit avant d’être facturé de la centaine de dollars prévue. En outre, toutes les deux semaines, le réseau social leur adressera un rapport détaillé de l’engagement autour de leurs tweets et de la croissance de leur communauté de followers.

Le ciblage des utilisateurs recevant les tweets des comptes sponsorisés se fera soit sur un critère géographique, soit en terme d’intérêts communs : le client peut choisir ce qu’il préfère. Enfin, le réseau social se réserve le droit de ne pas accorder à tous les comptes qui en feront la demande cette fonctionnalité. On pense notamment aux utilisateurs malveillants qui utiliseront l’outil à leurs fins, comme les bots.

Partager sur les réseaux sociaux